•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La tension monte dans des centres de vaccination du Manitoba

Une personne prépare une dose du vaccin contre la COVID-19.

Dans la région sanitaire de Santé Sud, seulement 65,4 % des personnes admissibles à la vaccination étaient vaccinées en date du 24 septembre.

Photo : covid-vaccinations-healthcare-workers

Radio-Canada

À l’approche de la vaccination obligatoire de fonctionnaires du Manitoba qui travaillent auprès du public, des employés responsables d'administrer le vaccin disent qu’ils ont affaire à un autre type de patient ces jours-ci. Certaines personnes se sentent obligées de recevoir le vaccin contre la COVID-19 et affichent leur mécontentement.

Au début de la campagne de vaccination contre la COVID-19 au Manitoba, beaucoup de personnes se présentaient dans les lieux de vaccination à la première occasion et relevaient leur manche avec enthousiasme.

Alors que tous les fonctionnaires de la province en contact direct et régulier avec des populations vulnérables doivent être complètement vaccinés à compter du 18 octobre, une pharmacienne de La Broquerie, Colette Dunlop, considère que l'humeur des gens a changé.

Certains patients pleuraient parce qu'ils ne voulaient vraiment pas [recevoir une dose du vaccin contre la COVID-19]. Je tentais de les rassurer et de les réconforter.

Une citation de :Colette Dunlop, pharmacienne à La Broquerie

Mme Dunlop explique que, maintenant, la plupart des personnes qui viennent se faire administrer une dose de vaccin sont frustrées et ne sont pas heureuses. Certains individus hésitent à signer les formulaires de consentement.

Des commentaires désinvoltes

Des patients au supercentre de vaccination de Steinbach affirment qu'ils se font vacciner uniquement par crainte de perdre leur emploi ou pour pouvoir rendre visite à un proche à l'hôpital ou dans un centre de soins, selon une employée responsable d'administrer le vaccin au supercentre.

CBC a choisi de ne pas dévoiler l'identité de cette personne parce qu'elle craint des représailles.

Récemment, des collègues lui ont raconté à plusieurs reprises que des automobilistes les avaient injuriés dans le stationnement du supercentre. 

Nous ne sommes pas ceux qui imposent [la vaccination contre la COVID-19], nous sommes là pour aider les gens. La façon dont nous sommes traités est vraiment inadmissible.

Une citation de :Une employée responsable d'administrer le vaccin au supercentre de Steinbach

Des incidents du même genre à l'extérieur du Manitoba

Interrogé au sujet de la tension qui monte dans les lieux de vaccination à Steinbach et à La Broquerie, un porte-parole de la province a déclaré que le public est invité à faire preuve de respect à l'égard des employés responsables d'administrer le vaccin, qui font simplement leur travail le mieux possible.

Le personnel est formé pour s'occuper de clients qui ont peur des aiguilles ou qui sont anxieux à l'idée de se trouver dans un lieu public, a indiqué le porte-parole.

L'employée du supercentre de Steinbach pense que la tension ressentie par ses collègues et elle va au-delà des lieux de vaccination.

Des situations similaires se sont produites ailleurs au pays.

Au Québec, le Service de police de Sherbrooke (SPS) recherche un homme qui aurait agressé une infirmière qui a vacciné sa conjointe. 

Dans la région sanitaire de Santé Sud, où se trouve la ville de Steinbach, 65,4 % des personnes admissibles étaient vaccinées en date de vendredi dernier, le taux le plus bas parmi les cinq régions sanitaires de la province. Dans la municipalité de Hanover, le taux de vaccination se situait à 49,9 %.

L’employée du supercentre de Steinbach ne veut pas abandonner son travail, étant donné qu'il y a encore beaucoup de doses de vaccin à administrer dans cette région de la province.

Découvrez-vous comment fonctionnent les vaccins contre le SRAS-CoV-2.

Avec les informations de Bryce Hoye

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !