•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Masque et vaccination : d’autres changements dans les résidences pour aînés de la région

Un aîné assis dans un couloir, masqué.

Le masque est de nouveau requis pour les déplacements dans la résidence, dans les ascenseurs et les espaces communs intérieurs.

Photo : Getty Images / andresr

Radio-Canada

Les personnes âgées qui habitent dans des résidences privées pour aînés (RPA) en Mauricie et au Centre-du-Québec font face à de nouveaux changements. Dès lundi, elles doivent recommencer à porter le masque dans les aires communes. De plus, un manque de personnel pourrait survenir dans certaines résidences, en raison de l’obligation pour les travailleurs de la santé d’être adéquatement vaccinés dès le 15 octobre.

Le retour du port du masque dans les espaces communs intérieurs ne sera pas difficile à implanter, selon le porte-parole de la Table des résidences privées pour aînés (RPA) de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec, Richard Maziade, qui est aussi directeur de la résidence Le Jardin, à Trois-Rivières.

En entrevue à l’émission Toujours le matin, il a déclaré que plusieurs personnes âgées continuaient à le porter et il précise que les résidences sont maintenant habituées à faire respecter ce genre de mesures.

La santé publique a annoncé vendredi que cette mesure devait être implantée dans les régions où la situation épidémiologique est plus inquiétante, notamment en Mauricie et au Centre-du-Québec.

M. Maziade n’est pas surpris que la santé publique recommande à nouveau le port du masque dans les aires communes. On aime mieux prévenir et je pense que c’est correct aussi, dit-il.

Ce qui a été difficile, c’est lorsqu’on apportait les cabarets aux chambres. Ça, ça a été difficile pour les personnes âgées. Si on les laisse circuler et qu'on essaie d’être plus préventif avec un masque, je pense que c’est bien, affirme M. Maziade.

Le retour du port du masque ne fait pas l’unanimité et a surpris certains des aînés qui habitent à la résidence Les Marronniers, à Trois-Rivières, selon la directrice des communications, Jessica Fandal.

C'est leur maison, donc le fait de devoir circuler encore une fois dans les corridors et les ascenseurs avec des masques, pour certains, ça demande de se réajuster, dit-elle.

Le Regroupement québécois des résidences pour aînés (RQRA) s'interroge sur sa pertinence, considérant que, dès le 15 octobre, seuls les visiteurs adéquatement vaccinés pourront entrer dans les RPA.

Une réduction du personnel à prévoir dans certaines résidences

Le porte-parole de la Table des résidences privées pour aînés (RPA) de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec, Richard Maziade, affirme qu’entre 90 % et 95 % du personnel en RPA est vacciné.

Il estime que l’obligation pour les gens d’être adéquatement vaccinés contre la COVID-19 pour travailler dans une résidence à partir de la mi-octobre va entraîner la perte d’environ un ou deux employés par ressource.

C’est juste qu’on ne peut pas se permettre de perdre cette ressource-là. Si on perd un préposé de soir ou de nuit, par exemple, on tombe en bris de service et ce n’est pas évident.

Une citation de :Richard Maziade, porte-parole de la Table des résidences privées pour aînés (RPA) de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec

M. Maziade s’attend à ce que des résidences ferment certaines sections ou ferment carrément leurs portes dans les prochains jours. Ce que je crains, c’est qu’on ait une surcharge au niveau des urgences, parce que ces personnes âgées là, si elles n’ont pas de soins, elles vont se retrouver dans le réseau, croit-il.

Selon lui, d’autres mesures devraient être mises en place pour les employés qui ne sont pas vaccinés. Ces gens-là devraient peut-être être plus protégés, éloignés des bénéficiaires, mieux contrôlés avec des tests de COVID-19 [régulièrement], mais on ne peut pas perdre du personnel, expose-t-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !