•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : moins de cas que prévu en Ontario

Le Dr Zain Chagla.

Selon le Dr Zain Chagla, les mesures sanitaires fonctionnent. (Archives)

Photo : (St. Joseph's Healthcare)

Radio-Canada

Le nombre de cas quotidiens de COVID-19 en Ontario est inférieur à ce que de nombreux experts avaient prévu et, bien qu'ils attribuent ce soulagement relatif à un certain nombre de facteurs, ils affirment que ce n'est pas le moment de relâcher ces mesures.

Pendant une bonne partie de l'été, le médecin hygiéniste de la province a mis en garde contre une possible recrudescence de la pandémie en septembre. Ces prévisions ne se sont pas matérialisées pour l'instant.

Les dernières modélisations de prévision estimaient qu’il y aurait environ 4000 cas par jour à la fin de septembre.

Le Dr Zain Chagla, médecin spécialisé dans les maladies infectieuses au Centre de soins de santé St-Joseph de Hamilton, a déclaré que les hospitalisations et les admissions dans les unités de soins intensifs sont également stables, même sans l'introduction de nouvelles restrictions.

Il y a un peu d'optimisme prudent dans le fait que [l’économie] est plus ouverte et que les enfants retournent à l'école, a-t-il déclaré.

La campagne de vaccination de l'Ontario est certainement utile, a-t-il ajouté, en particulier le ciblage des communautés à haut risque. Environ 86 % des personnes admissibles ont reçu au moins une dose.

Le médecin hygiéniste en chef de la province, le Dr Kieran Moore, a attribué la stabilité des cas à l'adhésion des Ontariens aux mesures de santé publique.

Je pense que les Ontariens sont prudents et se sont rendu compte que ce virus peut prendre de l'ampleur à tout moment si nous baissons notre garde, a-t-il déclaré.

Malheureusement, il suffit de regarder dans l'Ouest pour voir ce qui peut arriver si nous baissons la garde avec le [variant] Delta.

Des approches différentes en Alberta et en Ontario

En Alberta, il y a environ 10 fois plus de cas actifs de COVID-19 par habitant qu'en Ontario. Les hôpitaux y sont débordés, et le chef de l'Association médicale de l'Alberta affirme que les établissements ont commencé à faire du triage.

Le Dr Chagla fait remarquer que le taux de vaccination de l'Alberta n'est pas sensiblement inférieur à celui de l'Ontario. Selon lui, la raison principale pour laquelle les chiffres de l'Ontario sont relativement plus bas est l'approche différente des mesures de santé publique.

En juillet, l'Alberta a levé ses restrictions - y compris les limites de rassemblement et l'obligation de porter un masque - alors qu'en Ontario, quelques semaines plus tard, le gouvernement a annoncé qu'il retarderait toute nouvelle levée des restrictions.

Les masques sont certainement utiles, a déclaré le Dr Chagla, mais le signal envoyé par le gouvernement importe également.

Je pense que le fait de maintenir certaines de ces précautions contribue également à faire en sorte que les gens prennent la situation au sérieux et ne créent pas d'opportunités de transmission.

La Dre Beate Sander, coprésidente du Groupe consultatif scientifique ontarien de lutte contre la COVID-19, a déclaré qu'elle s’était attendue à voir une forte augmentation du nombre de cas.

Cela dit, elle n’écarte pas que la prédiction de son groupe de travail ne soit que retardée de quelques semaines. La situation est très fragile, selon elle.

Le taux d'infection a augmenté considérablement chez les enfants de 5 à 11 ans, a-t-elle ajouté en entrevue.

Le temps plus froid va probablement aussi forcer plus de rassemblements et d'activités à l'intérieur. D’ailleurs, le Dr Moore a déclaré qu'il s'attendait toujours à un hiver difficile. J'ai vu des modélisations où nous avons une hausse significative en janvier et février, après les vacances de Noël, et c'est déconcertant, a-t-il dit.

Avec les informations de La Presse canadienne

Notre dossier : La COVID-19 en Ontario

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !