•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sécheresse, fumée et canicule : l’été des extrêmes historiques en Alberta

Champ jauni avec peu de végétation par une journée grise d'été.

Certaines températures sont parmi les plus chaudes jamais enregistrées depuis plus d'un siècle en Alberta.

Photo : Radio-Canada / Emilio Avalos

Radio-Canada

Les températures enregistrées au courant de l'été en Alberta font de cette saison la plus chaude de l’histoire de la province.

La canicule de la fin du mois de juin a pulvérisé la moyenne des températures saisonnière dans plusieurs endroits de la province.

Durant cette période, les stations météorologiques régionales d’Edmonton Blatchford, Calgary, Banff et Grande Prairie ont toutes observé les journées les plus chaudes de leur histoire, rapporte Environnement et Changement climatique Canada (ECCC) dans une série de gazouillis.

Ces chiffres permettent de désigner cette période estivale comme l’été le plus chaud jamais enregistré , ajoute la météorologiste d’ECCC, Natalie Hasell.

La température moyenne pour cet été se situe à 17,7 degrés, indique la météorologiste, ce qui déloge le record établi il y a 60 ans, qui était de 17,6 degrés en moyenne.

Ce phénomène se manifeste aussi par un niveau extrêmement bas de précipitations.

La capitale albertaine n’a jamais été aussi sèche, rapporte Natalie Hasell, avec un taux de précipitation qui équivalait à 37 % du taux habituel dans la province.

Ces deux facteurs combinés ont augmenté les risques de feux de forêts et de végétation très rapidement , souligne-t-elle aussi.

La présence de ces feux de forêt a fait baisser la qualité de l’air dans la province, mais cette situation est aussi due au fait que l’Alberta était coincée entre deux provinces aux prises avec des feux de forêt.

Les orages ont compté moins d’éclairs cet été, mais les vents ont été plus violents en Alberta, fait aussi savoir l’ECCC.

Encore une fois, le nombre d'orages avec de la grêle et des vents violents dépasse les normes saisonnières pour cette période de l'année. Entre mai et août, l'Alberta a connu un jour de temps violent de plus que la moyenne saisonnière.

Nathalie Hessel rapporte que cet été est loin d’être une saison normale, malgré le fait qu'avec les changements climatiques, il devrait y avoir davantage de vagues de chaleur et de sécheresse.

Le point le plus remarquable, je pense, est que la plupart des modélisations qui suggéraient ce type de tendance le faisaient pour une décennie ou deux décennies, pas cette année , s’étonne-t-elle.

Alors là, ça commence à être un peu plus inquiétant [...] on devrait commencer à se préparer à voir des conditions différentes de ce qu'on a vues , conclut la météorologue.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !