•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Frontières : des vérifications occasionnelles, mais pas de contrôles permanents

Un pancarte d'arrêt avec le pont J.-C. Van Horne en arrière plan.

Le pont qui sépare le Québec du Nouveau-Brunswick, à Campbellton.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Radio-Canada

Le rétablissement de l'état d'urgence au Nouveau-Brunswick amène un retour à certaines restrictions aux frontières, mais pour le moment, il n'y a pas d'agents postés en permanence aux points d'entrée de la province.

Depuis samedi matin, les personnes qui arrivent au Nouveau-Brunswick doivent pouvoir montrer une preuve de vaccination accompagnée d'une preuve d'identité et du formulaire d'enregistrement de leur voyage auprès de la province.

Une guérite au bord d'une route, près d'un panneau routier.

Les postes de contrôle frontaliers à Campbellton étaient déserts le dimanche 26 septembre 2021.

Photo : Radio-Canada / Serge Bouchard

Dimanche matin à Campbellton, personne ne contrôlait les allées et venues des voitures à la sortie du pont interprovincial qui relie le Québec au Nouveau-Brunswick.

On me l'a clarifié par téléphone qu'il n'y aurait pas ici de poste frontalier permanent, qu'il y aurait des visites périodiques, comme ce le fut samedi.

Une citation de :Ian Comeau, maire de Campbellton

Pendant environ deux heures samedi après-midi, des agents de la sécurité publique ont intercepté les automobilistes qui arrivaient au Nouveau-Brunswick.

Des véhicules sont garés en bordure d'une route, à proximité du pont interprovincial

Les agents présents aux postes de contrôle à Campbellton le samedi 25 septembre veillaient à informer les voyageurs des exigences pour entrer au N.-B.

Photo : Radio-Canada / Serge Bouchard

L'opération visait surtout, selon le maire Comeau, à transmettre de l'information au sujet des nouvelles règles en vigueur.

Il n'y a eu aucune amende. Ça a été une séance d'information, note Ian Comeau.

Une circulation plus fluide?

Le maire de Campbellton est sûr que sa ville ne revivra pas le même niveau de restrictions qui a étouffé l'économie locale pendant près d'un an et demi.

Pour le moment, on m'a garanti qu'il n'y aurait pas ici de contrôle permanent. On sait que ç'a été énormément difficile sur les entreprises, sur les business, sur les familles, souligne Ian Comeau.

Aux autres frontières du Nouveau-Brunswick avec le Québec, avec l'Île-du-Prince-Édouard et la Nouvelle-Écosse, aucun poste de contrôle permanent n'avait encore été mis sur pied samedi matin.

D'après un reportage de Serge Bouchard

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !