•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le bateau-bus criblé de balles dès l’ouverture de la chasse

Trois images montrent les impacts de projectiles sur un poteau de bois et deux fenêtres

Sur Facebook, Karolyne Tremblay a publié des images montrant les impacts laissés par les balles.

Photo : Radio-Canada / Karolyne Tremblay

La saison de la chasse commence bien mal pour Philippe Castonguay et sa conjointe, Karolyne Tremblay. Le bateau-bus dans lequel ils ont mis temps et argent pendant deux ans a essuyé des tirs d’armes à feu, samedi, à l’île d’Orléans. 

J’ai retrouvé quatre balles de plomb, indique au bout du fil Philippe Castonguay. Les dégâts étaient bien visibles à son arrivée sur les lieux, dimanche matin : deux vitres ont volé en éclats, la trace d’un projectile est incrustée dans une autre et les poteaux de bois qui ceinturent la plateforme de flottaison portent encore les trous laissés par au moins six tirs. 

Selon le couple, ce n’est pas un hasard si cet acte de vandalisme coïncide avec l’ouverture de la saison de la chasse.

Philippe Castonguay et Caroline Tremblay devant leur autobus qui va dans l'eau.

Philippe Castonguay et Caroline Tremblay, tous deux originaires de l'île d'Orléans, ont combiné leur rêve : lui voulait un bateau, et elle une mini maison.

Photo : Radio-Canada

La direction d’où proviennent ces tirs, ça donne directement sur la cache de mon voisin, explique Philippe Castonguay. Il avait prêté son terrain à quatre chasseurs qu’il ne connaissait pas bien, bien.

À son avis, ce ne sont pas des balles perdues qui ont atteint son autobus reconverti en résidence secondaire. Il y a un fossé de 6 ou 7 pieds qui sépare mon terrain et celui de mon voisin. Même s’ils avaient atteint un canard de mon côté, ils n’auraient jamais pu aller le chercher.

Le couple a porté plainte à la police. Ses espoirs de retrouver les coupables demeurent toutefois faibles.

Je ne suis pas en paix, déplore Philippe Castonguay. Je commence à être à bout, dénonce celui qui, par le passé, a aussi dû composer avec le vol de quelques affaires par le passé. 

La personne qui a tiré sur mon autobus, elle ne devrait pas avoir une arme à feu entre les mains. 

Une citation de :Philippe Castonguay

Le couple a travaillé pendant deux ans à aménager l’autobus et à l’installer sur un ponton capable d’aller sur l’eau. Un travail de passion qu’ils ont toujours eu le souci d’accomplir en respect avec la nature.

Dimanche matin, Philippe a retrouvé trois vitres fracassées sur son autobus. C’est un peu, aussi, son rêve qu'il a trouvé en morceaux.

C’est un autobus de Prevost Car construit en 1950, précise-t-il. Je ne serai jamais capable de retrouver ces châssis-là, à moins de les faire faire sur mesure.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !