•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les femmes raflent tout au festival de Saint-Sébastien

Une femme tient un trophée lors de la cérémonie de clôture du festival de Saint-Sébastien.

Alina Grigore a remporté la Coquille d'or pour son film «Blue Moon», samedi soir, lors du festival de Saint-Sébastien.

Photo : Getty Images / Carlos Alvarez

Agence France-Presse

Après Cannes et la Mostra, le Festival international du film de Saint-Sébastien a décerné à son tour, samedi, sa plus haute récompense à une réalisatrice, la Roumaine Alina Grigore, sacrée pour son premier long métrage à l'issue d'un 69e événement au cours duquel les femmes ont tout raflé.

Je ne m'y attendais pas du tout, a déclaré, très émue, la jeune réalisatrice et actrice de 36 ans en recevant la Coquille d'or pour Blue Moon. Elle a remercié toutes les femmes et tous les hommes qui ont permis d'emmener notre message si loin.

Son film, qui retrace le parcours d'une jeune femme tentant d'échapper à la violence de sa famille, faisait partie des 17 titres en compétition cette année, aux côtés notamment de Maixabel, d'Iciar Bollain, inspiré d'une histoire vraie entre la veuve d'un homme politique assassiné par l'organisation indépendantiste armée ETA et deux de ses assassins. Et aussi d'Arthur Rambo, du réalisateur français Laurent Cantet, et de Benediction, du Britannique Terence Davies.

Le jury de ce 69e festival, présidé par la réalisatrice géorgienne Dea Kulumbegashvili (Au commencement), a remis le prix de la meilleure réalisation à la Danoise Tea Lindeburg pour As In Heaven, un film qui dépeint la vie au Danemark au 19e siècle à travers le regard de trois femmes : Lise, âgée de 14 ans, sa tante et sa grand-mère.

Un prix d'interprétation non genré

L'actrice principale de ce long métrage, Flora Ofelia Hofmann Lindahl, a quant à elle obtenu le prix de la meilleure interprétation, ex æquo avec Jessica Chastain.

Trois femmes posent pour des photographes, un trophée dans les mains chacune, lors du festival de Saint-Sébastien.

Flora Ofelia Hofmann Lindahl, Tea Lindeburg et Jessica Chastain

Photo : Getty Images / Carlos Alvarez

Cette récompense était pour la première fois mixte, pour ne pas faire de distinction entre les hommes et les femmes, à l'instar de ce qui a été fait à la Berlinale, premier grand festival de cinéma à décerner cette année un prix d'interprétation non genré.

J'adore ce que je fais et j'espère continuer pendant très longtemps, a dit l'actrice de 25 ans en recevant son prix, tenant la main de Jessica Chastain.

Cette dernière, âgée de 44 ans, deux fois nommée aux Oscars (Opération avant l'aube [Zero Dark Thirty], La couleur des sentiments [The Help]), a été récompensée pour le drame biographique Les yeux de Tammy Faye (The Eyes of Tammy Faye). Elle y incarne la télévangéliste Tammy Faye Bakker, une personnalité controversée qui a souvent été parodiée dans la culture américaine.

Jessica Chastain a décidé de faire ce film il y a sept ans, après avoir vu un documentaire montrant une autre facette de cette femme.

J'espère que ce film nous apprendra à dépasser nos premières impressions, a-t-elle déclaré au moment de la remise du prix.

Considéré comme un tremplin pour le cinéma latino-américain en Europe, le festival a distingué une réalisatrice mexicano-salvadorienne, Tatiana Huezo, pour Noche de fuego.

Une femme donne un discours sur scène au festival de Saint-Sébastien.

Tatiana Huezo

Photo : Getty Images / Carlos Alvarez

Le film, déjà remarqué à Cannes en juillet dans la section Un certain regard – et récompensé d'une mention spéciale –, se déroule dans une zone rurale du sud du Mexique où les femmes, mères et filles, vivent dans la peur des enlèvements. Au total, 10 films étaient en compétition dans la section Horizons latinos.

Plus de 170 films ont été projetés pendant les huit jours du festival, dont Une seconde, du Chinois Zhang Yimou (Épouses et concubines), présenté à la cérémonie d'ouverture.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !