•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des centaines d’étudiants font la fête dans les rues d’Halifax, pendant la pandémie

Une police regarde une foule de jeunes près d'une maison dans un quartier résidentiel, où une pancarte affiche « Détendez-vous, nous sommes doublement vaccinés ».

Plusieurs étudiants ont défendu leur présence dans les rues en soulignant qu’ils étaient pleinement vaccinés contre la COVID-19 : « Relaxez, nous sommes doublement vaccinés », indique une affiche.

Photo : CBC / Jeorge Sadi

Radio-Canada

Malgré les restrictions imposées sur les rassemblements en Nouvelle-Écosse, l’heure était aux célébrations dans les rues d’Halifax samedi.

Plusieurs centaines d’étudiants de l’Université Dalhousie se sont réunis pour fêter, menant à des arrestations dans la nuit.

Samedi, la police régionale d’Halifax ainsi que des membres de la GRC sont intervenus dans les rues, qu’ils ont éventuellement bloquées. À 18 h, quelques petits groupes de personnes étaient toujours dans le secteur.

Des dizaines de personnes sont dans la rue, le soir.

Des étudiants sur le campus de l'Université Dalhousie à Halifax le 25 septembre 2021.

Photo : Radio-Canada / Mark Doiron

La fête a toutefois repris de plus belle durant la nuit. Un second rassemblement a eu lieu sur la rue Jennings, attirant une foule importante. Les policiers d’Halifax, alertés par les plaintes des résidents, sont retournés sur place.

Une dizaine de personnes ont été arrêtées pour état d'ébriété sur la voie publique.

Des contraventions ont aussi été remises pour possession de boissons alcoolisées ouvertes. La police poursuit son enquête et s’attend à remettre d’autres contraventions.

Nous sommes pleinement vaccinés

Vendredi, l'Université Dalhousie a publié un communiqué pour rappeler aux étudiants que les grands rassemblements pendant la pandémie posaient un risque pour la communauté.

Sachant qu’une fête approchait, l’établissement a déclaré soutenir pleinement le travail de la police.

Des étudiants sont rassemblés devant une maison.

Selon le gouvernement provincial, les rassemblements extérieurs actuellement autorisés dans la province sont de 50 personnes maximum à l'extérieur sans masque ou distanciation, sauf s'il s'agit de festivals ou d'événements sportifs.

Photo : CBC / Jeorge Sadi

Toutefois, cela n’a pas freiné l’élan des étudiants, qui semblaient attendre le retour des classes en personne depuis longtemps.

Cela fait du bien d'être entouré d’un grand groupe de personnes et de revenir à la normale, a affirmé Noah Lux, un étudiant de première année.

Dillen Oliver, étudiant en deuxième année en arts et sciences, a défendu la fête en soutenant que presque tous les étudiants sont entièrement vaccinés.

La plupart d'entre nous n'avons pas eu une bonne expérience de première année universitaire. Maintenant que la majorité de la Nouvelle-Écosse est pleinement vaccinée, nous méritons d'avoir un peu d'avantages, a-t-il déclaré.

Selon Anna Leaper, une étudiante en immunologie qui rentrait chez elle après le travail, il est important de réunir les étudiants après une année de cours en ligne. Cependant, elle admet que cela n’aurait pas dû prendre place dans la rue.

Des habitants déçus

La police régionale d’Halifax a déclaré dans un communiqué qu'elle maintiendrait sa présence dans les quartiers universitaires pendant la fin de semaine, afin de s'assurer que les directives en matière de santé publique soient respectées.

Des étudiants sont rassemblés dans une rue, aux côtés des forces policières.

Les étudiants se sont dispersés dans plusieurs rues près du campus.

Photo : CBC / Jeorge Sadi

Certains habitants pensent toutefois que la présence policière des années précédentes était plus efficace pour disperser le rassemblement.

La Dre Caitlin Lees, qui vit dans la rue Jennings, a déclaré que la police avait agi rapidement l'année dernière, contrairement à cette année : Je suis déçue.

Nous sommes tous très fatigués des restrictions et tous préoccupés par l'augmentation de la propagation communautaire... et donc de voir le risque qu’ils prennent dans cette situation est décourageant et effrayant, a-t-elle affirmé.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !