•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Soins de santé : « l’incertitude » pour un Saskatchewanais atteint d’un cancer rare

Tim Clarke regarde droit devant lui.

Tim Clarke dépend d'un traitement régulier, mais les changements dans le système de santé le plongent dans une forme d'incertitude.

Photo : Tim Clarke

Radio-Canada

Un homme de Saskatoon qui souffre d’une forme rare de cancer craint de s’exposer à des complications parce que son calendrier de traitement est perturbé. Conséquence de la pression qu’exerce la pandémie sur le système de santé.

Tim Clarke est atteint d'une forme rare de lymphome appelée mycosis fongoïde - une maladie où les globules blancs deviennent cancéreux et affectent la peau de la personne. 

Il reçoit habituellement une photophérèse, un traitement qui consiste à retirer le sang du corps puis à séparer les globules blancs des globules rouges et du plasma. Le traitement se fait toutes les deux semaines au Royal University Hospital à Saskatoon.

Mais en raison de la mobilité des infirmières au sein de l'hôpital, pandémie oblige, le service qui propose ce traitement ne compte plus qu'une seule personne qui travaille un jour par semaine. 

Résultat : les trois prochains rendez-vous du patient sont reportés.

Je dépends du système de soins de santé d'une manière que très peu de gens peuvent comprendre, alors ces perturbations me touchent personnellement , a déclaré Tim Clarke.  

Si par hasard le traitement de M. Clarke est interrompu pendant plus d'un mois, il s'exposera à de graves conséquences, telles que l'apparition de tumeurs sur sa peau et finira par mourir, fait-il remarquer. 

L’homme de Saskatoon dit aborder la situation avec philosophie, car même si la perturbation en cours est censée durer six semaines, il n’est sûr de rien, a-t-il dit.  

L'incertitude est épouvantable.

Une citation de :Tim Clarke

Selon lui, l'hôpital n'est pour l'instant pas en mesure de rattraper un rendez-vous manqué quelle qu'en soit la raison. 

M. Clarke a expliqué que deux machines sont utilisées pour le traitement et que l'une d'elles tombe en panne assez souvent. Pour lui, il ne serait pas surprenant de découvrir qu’elle ne fonctionne pas.

L’augmentation des nouveaux cas de COVID-19 en Saskatchewan perturbe fortement le système de santé de la province. L’Autorité de la santé de la Saskatchewan a dernièrement freiné les interventions non urgentes afin de se concentrer sur le traitement des cas de COVID-19. Par ailleurs, les Saskatchewanais inscrits au programme de don d’organes ne pourront se faire prélever d’organes.

Avec les informations de Mah Noor Mubarik

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !