•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Projet Montréal promet 110 millions de dollars pour la sécurité publique

Valérie Plante lors d'une conférence de presse de Projet Montréal.

Valérie Plante a annoncé le plan de Projet Montréal pour la sécurité publique, le samedi 25 septembre.

Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

Radio-Canada

Projet Montréal a présenté son plan d’action pour la sécurité publique samedi après-midi, promettant d’investir 110 millions de dollars sur quatre ans pour « continuer d’assurer la sécurité de Montréal », a déclaré la mairesse sortante Valérie Plante. Le financement vise à lutter contre le trafic d’armes et les groupes criminalisés et à augmenter le travail de prévention au sein du milieu communautaire.

Avec 22 homicides, dont un samedi matin, et plus de 100 événements impliquant des armes à feu à Montréal depuis le début de l’année 2021, la sécurité publique s’est imposée comme un des enjeux principaux de la campagne municipale.

Pourtant, Valérie Plante persiste et signe : Montréal est une ville sécuritaire. Elle insiste donc sur le fait que son plan servira à continuer d’assurer la sécurité des Montréalais en poursuivant le travail amorcé depuis quatre ans.

Le plan de Projet Montréal est divisé en trois volets : le financement du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), la police de proximité et les intervenants communautaires.

Le financement du SPVM et la lutte contre la criminalité

Contrairement à l’administration précédente, on a augmenté le budget du SPVM chaque année depuis quatre ans, a déclaré Valérie Plante. Dans notre prochain mandat, on s’engage à maintenir ces budgets et à financer les équipes mises en place, [comme] l’équipe de lutte contre les groupes criminalisés, l'équipe de lutte contre le trafic d'armes [et] l’équipe de lutte contre les violences conjugales.

Selon la mairesse sortante, cela a notamment permis au SPVM de saisir plus de 350 armes depuis le début de l’année 2021. Elle admet toutefois que le trafic d’armes, surtout d’armes de poing, demeure un problème à Montréal comme dans toutes les grandes villes d’Amérique du Nord.

Valérie Plante souligne cependant que Montréal ne peut pas agir seule. On a besoin du fédéral.

Si les frontières ne sont pas protégées et que chaque fois qu’une arme sort, il y en a dix qui entrent, on n’est pas plus avancé. Il faut briser ce cercle vicieux.

Une citation de :Valérie Plante, mairesse sortante et cheffe de Projet Montréal

Elle attend donc du nouveau gouvernement de Justin Trudeau un meilleur contrôle aux frontières et le bannissement des armes de poing.

Valérie Plante lors d'une conférence de presse de Projet Montréal le 25 septembre 2021.

La police de proximité

Projet Montréal souhaite renforcer le lien de confiance entre le SPVM et les citoyens. Pour ce faire, Valérie Plante entend proposer aux policiers, au cours de la négociation de la convention collective qui approche, de s’engager pour un minimum de trois ans dans un même quartier.

Les policiers doivent être des acteurs positifs dans leur milieu, bien connaître la communauté dans laquelle ils travaillent et développer des liens de confiance avec les résidents et les groupes sociaux, explique Victor Armony, candidat au poste de conseiller de ville de Snowdon dans Notre-Dame-de-Grâce–Côte-des-Neiges et professeur au Département de sociologie de l’UQAM, aussi présent au point de presse.

Les intervenants communautaires

Projet Montréal compte déployer une équipe d’intervention et de médiation sociale dans tous les arrondissements de la ville. Composée d’intervenants psychosociaux, elle se veut une solution de rechange aux interventions policières dans des situations de crise auprès de personnes marginalisées ou en difficulté. En 2020 seulement, le SPVM a reçu 2100 appels en santé mentale, assure Valérie Plante.

Il s’agit d’envoyer les bonnes ressources au bon endroit, au bon moment.

Une citation de :Valérie Plante, mairesse sortante et cheffe de Projet Montréal

Ce modèle fait présentement l’objet d’un projet pilote dans l’arrondissement Ville-Marie; il s’agit du projet ÉMMIS (Équipe mobile de médiation et d’intervention sociale). Des intervenants sont disponibles 24 heures sur 24, 7 jours par semaine afin d’offrir une réponse non répressive, explique Victor Armony. Ils ont le pouvoir de réduire les risques d’escalade et de contribuer à une meilleure cohabitation sociale.

Par ailleurs, puisque la lutte contre la violence passe par la prévention, Projet Montréal veut doubler le budget consacré aux organismes travaillant pour la diversité et l’inclusion sociale et auprès des jeunes. Ce budget passera l’année prochaine de 2,4 millions de dollars à 5 millions de dollars par an, a assuré Caroline Bourgeois, mairesse de l’arrondissement de Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles et responsable de la sécurité publique au sein du comité exécutif de Projet Montréal.

Enfin, Projet Montréal prévoit un fonds d’urgence de 15 millions de dollars sur quatre ans pour, entre autres, répondre aux urgences.

Valérie Plante n’a pas précisé quels montants exacts seraient déployés pour les principaux volets du plan.

Ensemble Montréal réagit

Abdelhaq Sari, porte-parole de l'opposition officielle en matière de sécurité publique, a réagi par voie de communiqué au plan de Projet Montréal.

À maintes reprises, l'administration Plante a démontré son manque de leadership, de manière d'autant plus flagrante en matière de sécurité publique […] De son côté, Ensemble Montréal propose une saine gestion, une hausse des effectifs et la promesse de ne pas définancer ni désarmer la police. Sans oublier l'ajout de caméras portatives et d'un siège à l'hôtel de ville pour le chef du SPVM. Nous mettrons tout en œuvre pour ramener la sécurité à Montréal.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !