•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un couple acadien, plus de 200 descendants

« T'appartiens à qui, toi? C'est comme ça qu'ils nous disaient ça. »

Un couple habillé chic, portant boutonnière et fleurs de corsage, assis sur la banquette arrière d'un véhicule.

Les parents de Martine Morais-Matteau, Honoré et Graziella.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Martine Morais Matteau, de Petit-Rocher au Nouveau-Brunswick, a dénombré 248 descendants depuis le mariage de ses parents en 1930.

Depuis toujours, les familles acadiennes ont la réputation d'être tissées serrées. Le sens de la famille et les racines font partie de l'ADN du peuple acadien.

Les Acadiens, les plus âgés surtout, ont leur façon bien à eux de s'informer sur l'origine des gens qu'ils rencontrent dans le but de créer des liens.

T'appartiens à qui, toi? C'est comme ça qu'ils nous disaient ça, se souvient Martine Morais Matteau. Ça, ça voulait dire, t'es la fille ou le fils de qui?

Je suis Martine à Honoré à Lazare à Euchariste à Jean-Louis à Jacques à Jacques à Louis.

Une citation de :Martine Morais Matteau

Elle sait aussi que son père est l'un des fondateurs d'une petite communauté de la Péninsule acadienne, appelée Butte d'Or, et d'où elle est originaire. C'est un petit hameau entre Saint-Isidore et Saint-Sauveur, bercé entre deux rivières, la Tracadie et la Pokemouche.

Une femme d'âge mûr coiffée d'un chapeau, assise à l'extérieur.

Martine Morais-Matteau se passionne pour la généalogie.

Photo : Radio-Canada

Treizième d'une famille de 15 enfants, Martine Morais Matteau s'intéresse depuis longtemps à ses racines et à l'histoire des Acadiens.

L'humain est un peu comme un arbre. Ses racines, c'est ce qui le garde en vie, c'est ce qui le garde debout et ce qui le fait vivre, philosophe-t-elle.

Alors qu'elle travaillait comme interprète au Village historique acadien, Martine Morais Matteau a rencontré plusieurs visiteurs américains, descendants de déportés acadiens.

Ils savaient qu'ils avaient des racines acadiennes. Et seulement à nous regarder interpréter dans la maison, souvent ils étaient touchés aux larmes, se remémore-t-elle.

Un cadeau précieux

Passionnée de généalogie, ses recherches lui ont permis d'offrir un cadeau unique à ses frères et sœurs à Noël 2020.

Pour Noël, je leur ai remis un cahier avec tous les noms des descendants, tous les neveux, nièces, petits-neveux, petites-nièces, les frères, les sœurs, tout le monde est dans ça , explique-t-elle fièrement.

Ce cadeau a touché aussi les plus jeunes descendants. Pour eux, c'est leur héritage et ils sont profondément fiers de ça.

Deux cent quarante-huit enfants sont issus de l'union de ses défunts parents, qui se sont mariés il y a 91 ans.

Nous sommes maintenant rendus à 50 arrière-arrière-petits-enfants et on est à la veille d'avoir les arrière-arrière-arrière [petits-enfants] , lance fièrement Martine Morais Matteau, dont les recherches sont manifestement loin d'être terminées.

D'après un reportage de François Vigneault

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !