•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une mort suspecte est la deuxième tragédie en 5 ans à survenir à Choiceland

Un élévateur à grain sur lequel le mot "Choiceland" est inscrit.

Environ 350 personnes habitent à Choiceland, une petite communauté située dans le nord-est de la Saskatchewan.

Photo : Radio-Canada / (Guy Quenneville

Radio-Canada

La petite communauté de Choiceland, qui compte environ 350 personnes, devra se serrer les coudes pour passer au travers d’une tragédie qui touche une de ses familles, après la mort suspecte d’une femme de 37 ans, dans la nuit de jeudi à vendredi.

Le maire du village, Rob Mardell, était au travail dans son atelier de mécanique, vendredi matin, quand il a vu passer l’équipe judiciaire suivie d'un véhicule du salon funéraire. J’ai alors compris qu’il y avait eu une mort, dit-il.

La Gendarmerie royale du Canada (GRC) se fait avare de détails sur les circonstances entourant cette mort. Elle indique dans un communiqué avoir placé en détention une personne, sans donner de détails sur son âge ou son genre. Ni la victime ni la personne en détention n'ont été publiquement identifiées. L’unité des crimes majeurs enquête.

Choiceland est une petite communauté rassemblée autour de l’avenue Railway. On y trouve le bureau municipal, un bar, un café, un élévateur à grain et l’école William Mason School qui accueille des élèves de la maternelle à la 12e année.

Une carte indiquant où se trouve le village de Choiceland.

Choiceland est situé dans le nord-est de la Saskatchewan.

Photo : Radio-Canada

L’école a fait parvenir une lettre aux parents vendredi matin, les informant qu’un événement tragique touchant une des familles de l’école était survenu.

Tous les parents et les grands-parents ici connaissent tous les enfants, explique Rob Mardell. Quand une tragédie comme celle-ci se produit, ça touche tout le monde.

Le maire connaît ainsi la famille endeuillée, à qui il est allé offrir son aide vendredi. Le propriétaire de la maison était en vie et avec sa famille, dit-il.

Alors j’ai demandé à la famille comment la communauté pouvait leur venir en aide. Ils ont dit qu’un conseiller allait venir. Je leur ai offert mes condoléances et leur ai dit de m’informer, si la communauté pouvait faire quelque chose.

Rob Mardell, qui est le maire de Choiceland depuis plus de 10 ans, dit que ce n’est pas la première tragédie à se produire dans le village au cours des dernières années.

En novembre 2016, une enfant de 7 ans, Nia Eastman, a été portée disparue quand son père ne l’a pas déposée chez sa mère comme prévu.

Le corps de la fillette a été retrouvé dans une maison du village. Selon la GRC, le rapport d’autopsie confirmait qu’elle avait été victime d’un meurtre-suicide commis par son père, Adam Jay Eastman.

La communauté a connu une tragédie auparavant, et nous avons rassemblé nos forces et nous nous sommes appuyés les uns sur les autres, rappelle Rob Mardell. J’espère que cette fois-ci aussi, avec le temps, nous pourrons passer au travers de ces événements.

Avec les informations de Guy Quenneville, CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !