•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une sculpture en l’honneur d’André Michel dévoilée à Sept-Îles

Une statue de bronze, qui représente André Michel.

André Michel a fortement contribué au développement artistique et muséologique de Sept-Îles.

Photo : Radio-Canada / Félix Lebel

Radio-Canada

Le peintre-sculpteur André Michel dévoile une statue de bronze soulignant sa contribution au rayonnement de l’histoire et de la culture nord-côtière.

La pièce, déposée sur une imposante pierre, est installée sur le terrain de la salle Jean-Marc Dion, près du Musée régional de la Côte-Nord à Sept-Îles.

Un emplacement qui n’est pas le fruit du hasard, puisque le Musée régional découle de l’initiative d’André Michel, qui a inauguré le bâtiment en 1986.

Portrait d'André Michel, à l'extérieur.

Originaire de France, André Michel a emménagé à Sept-Îles à l'âge de 25 ans pour y faire carrière.

Photo : Radio-Canada / Daniel Fontaine

Mais la contribution de l'artiste dans le paysage culturel de la région est antérieure à l’actuel musée.

C’est lui, en 1976, qui a réaménagé le site historique de l'ancien poste de traite de Sept-Îles, surnommé le vieux poste, pour en faire le premier musée du genre dans la région.

Je me demandais pourquoi les gens de Québec ou de Montréal avaient des musées et que nous, on n'en aurait pas un pour mettre en valeur l’histoire de la région. Les gens avaient oublié la richesse historique de la Côte-Nord, explique M. Michel.

La popularité de l’établissement a été rapide, attirant plus de 5000 visiteurs dès la première année d'ouverture.

Une femme portant la ceinture fléchée se tient devant un bâtiment d'époque en bois.

Encore ouvert aujourd'hui, le Vieux-Poste présente une exposition sur le quotidien dans un poste de traite des fourrures au 19e siècle (archives).

Photo : Radio-Canada / Catherine Paquette

Toutefois, malgré les travaux de réaménagement, le bâtiment historique ne respectait pas les normes muséologiques de l’époque. C’est donc afin de mieux protéger les artefacts qu’André Michel a travaillé à la création de l'actuel Musée régional de la Côte-Nord.

Un attachement profond

Pour l’artiste d’origine française, cette sculpture démontre l’attachement qui le lie à Sept-Îles. C’est dans cette ville qu’André Michel s’est installé lors de son arrivée au Québec en 1970, à 25 ans.

Je devais présenter une exposition à Montréal, mais la crise d’octobre est arrivée quelques semaines plus tard. J’ai décidé d’aller visiter le pays. Je devais rester ici quelque temps, et j’y suis finalement resté 18 ans, explique M. Michel.

Alors jeune artiste, ce dernier se remémore la confiance que lui a portée le milieu politique, culturel et économique de Sept-Îles dans le développement de ses projets.

Un écriteau, visible sur la statue inaugurée samedi, représente cet attachement.

C’est écrit : Je ne suis pas d’où je suis né, je suis d’où je me suis fait. Tout simplement parce que c’est à Sept-Îles que je me suis fait. C’est là où les gens, malgré mon jeune âge et malgré mon accent français, m’ont fait confiance, ajoute André Michel.

Au fil de sa carrière nord-côtière, M. Michel a aussi été connu pour avoir contribué à la mise sur pied du Musée Shaputuan de Uashat et pour la mise en valeur de la culture innue.

Aujourd’hui installé à Mont-Saint-Hilaire, en Montérégie, André Michel continue de sculpter, de peindre et de produire des lithographies.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !