•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

1200 travailleurs de la santé de la région toujours pas adéquatement vaccinés

Une infirmière reçoit une injection.

La vaccination obligatoire des travailleurs de la santé fait débat dans plusieurs provinces canadiennes.

Photo : La Presse canadienne / Michael Bell

Radio-Canada

Radio-Canada a appris que 1200 travailleurs du réseau de la santé en Mauricie et au Centre-du-Québec ne sont toujours pas adéquatement vaccinés, et ce un peu plus d’un mois après que le ministre de la Santé, Christian Dubé, a annoncé que ceux-ci seraient suspendus sans solde à partir du 15 octobre.

Selon les données obtenues, 94 % des employés ont reçu une dose de vaccin et 90 % étaient adéquatement vaccinés en date de vendredi.

En Mauricie et au Centre-du-Québec, 1200 employés du réseau de la santé ne sont toujours pas adéquatement vaccinés, alors que 94,4% a reçu une dose et 90,4% en a reçu deux.

En date de vendredi, plus de neuf employés du réseau de la santé sur dix dans la région avaient reçu au moins une dose de vaccin contre la COVID-19.

Photo : Radio-Canada

Le gouvernement du Québec a d'ailleurs confirmé dans un décret (Nouvelle fenêtre) que les employés et les cadres qui ont des contacts directs avec les usagés du réseau de la santé et ceux qui ont des contacts avec ces intervenants devront être adéquatement vaccinés d’ici la mi-octobre. S’ils ne répondent pas à ces exigences, ces travailleurs seront affectés à d’autres tâches ou seront suspendus sans solde si cela est impossible.

La mesure s’applique notamment aux centres locaux de services communautaires (CLSC), aux centres hospitaliers, aux centres d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) et à certains professionnels exerçant dans des cabinets privés.

Une charge de travail supplémentaire, craignent les syndicats

Du côté des syndicats, on s’inquiète de la charge de travail qui va devoir être imposée aux employés qui sont vaccinés et qui devront pallier l’absence de leurs collègues. Une situation qui surviendrait en plus dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre.

Le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec (CIUSSS MCQ) préparerait déjà un plan de délestage.

L’employeur est en train de faire des plans de contingence sur le délestage. […] On va se retrouver avec un manque de personnel flagrant sur les unités de soins, que ce soient en CHSLD, au Centre jeunesse, en CRDITED (Centre de réadaptation en déficience intellectuelle et en troubles envahissants du développement) et même les ouvriers spécialisés, craint la présidente du Syndicat du personnel paratechnique et des services auxiliaires aux métiers, Marie-Josée Hamelin.

Alors, c’est partout que ça va faire mal, parce que c’est partout qu’on sait qu’il y a des gens qui nous ont fait savoir qu’ils ne se feront pas vacciner.

Une citation de :Marie-Josée Hamelin, présidente du Syndicat du personnel paratechnique et des services auxiliaires aux métiers

C’est extrêmement préoccupant quand on sait que, déjà, les professionnels en soins font beaucoup de temps supplémentaire, mais de temps supplémentaire obligatoire, estime la présidente du Syndicat des professionnels en soins de la Mauricie et du Centre-du-Québec.

Et [ils] travaillent avec des effectifs réduits, donc des fois il manque deux ou trois personnes sur les départements. La charge de travail est très difficile et on sait qu’on va perdre plusieurs personnes le 15 octobre. Ça nous préoccupe, poursuit Nathalie Perron.

Le ministre de la Santé, Christian Dubé, a décliné notre demande d’entrevue.

Avec les informations de Raphaëlle Drouin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !