•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La grève prend fin chez Colabor Lévis

Des travailleurs brandissent des pancartes indiquant «En grève».

Les travailleurs de Colabor Lévis étaient en grève depuis le 20 septembre.

Photo : Radio-Canada / Frederic Vigeant

Les 150 employés en grève du centre de distribution alimentaire Colabor, de Lévis, ont approuvé à 99 % l’entente intervenue entre les parties patronale et syndicale. Ils retourneront au travail dimanche midi, forts d’augmentations salariales allant de 16,5 % à 46 %.

La grève, déclenchée le 20 septembre, aura duré moins d’une semaine.

Il s’agit d’un excellent règlement qui est à la hauteur des attentes des syndiqués, a applaudi André Boisvert, président du Syndicat des travailleuses et travailleurs de Colabor Lévis (CSN).

Le président du syndicat, André Boisvert.

Le président du syndicat, André Boisvert

Photo : Radio-Canada / Frederic Vigeant

La nouvelle convention collective prévoit d’importantes augmentations salariales. Valide pour cinq ans, elle accorde des hausses variant de 16,5 % à 46 % pour les travailleurs de l’entrepôt.

Les camionneurs ne sont pas en reste, puisqu’ils bénéficieront d’augmentations allant de 24 % à 44 %. L’employeur accepte aussi de réduire le nombre d’échelles salariales. Les salaires versés par Colabor, précise la CSN, étaient à la traîne par rapport à la compétition.

Contributions accrues de l'employeur

Les employés obtiennent aussi des gains quant à leur couverture d’assurances et à leur régime de retraite. Colabor accepte d’augmenter ses contributions au REER de ses travailleurs cumulant plus de 15 ans d’expérience, en plus de hausser ses cotisations au plan d’assurances dentaires de ses salariés.

Il s’agissait de la toute première grève déclenchée par les employés de Colabor à Lévis

L’entreprise distribue des aliments dans des hôpitaux, des centres de détention, des services de garde, des résidences pour aînés et des restaurants, notamment. Comme certains de ces clients sont des établissements de première ligne, les travailleurs de Colabor Lévis ont assuré une partie du service malgré le débrayage, partie qui correspond à environ 20 % de la tâche.

Les salariés de Colabor font un travail qui est absolument essentiel. La reconnaissance gagnée aujourd’hui est pleinement méritée, conclut Barbara Poirier, présidente par intérim du Conseil central de Québec–Chaudière-Appalaches (CSN).

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !