•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le nombre d’espaces de camping réservés mais non occupés fait bondir des campeurs

Une tente s'ouvre sur des montagnes.

Des campeurs soutiennent avoir vu de nombreux emplacements réservés, mais pourtant vides cet été.

Photo : Shutterstock / Volodymyr Burdiak

Radio-Canada

Des campeurs demandent au gouvernement de la Colombie-Britannique de changer le système de réservation des espaces de camping après avoir constaté que plusieurs d’entre eux sont demeurés inoccupés cette année.

La directrice du Conseil du plein air de la province Louise Pedersen affirme que ses membres ont noté un nombre élevé d’emplacements réservés, mais pourtant vides partout dans la province.

Ça veut dire que de nombreuses familles britanno-colombiennes ne sont pas capables de profiter de ce qui est, pour beaucoup d’entre nous, une superbe aventure estivale, explique-t-elle.

Elle cite notamment le parc provincial Golden Ears, où des habitants des environs ont noté un taux d’inoccupation allant jusqu’à 10 %, voire 15 %, par moments.

Selon elle, les campeurs trouvent plus simple de ne simplement pas se présenter s’ils ont un contretemps, plutôt que d’avoir à se frotter au processus d’annulation plutôt laborieux et compliqué.

Le conseil demande donc au gouvernement de simplifier le processus d’annulation des réservations et de rendre plus d’emplacements accessibles au premier venu afin d’alléger la course aux réservations annuelle, qui incite des campeurs à réserver des espaces qu’ils ne pourront utiliser.

Nous sommes plusieurs à ne pas pouvoir planifier nos vacances deux mois à l’avance parce que nous travaillons avec des horaires variables ou ne sommes simplement pas d’excellents planificateurs, précise-t-elle.

La COVID et les feux de forêt sont responsables, dit la province

Même si les statistiques de la saison 2021 n’ont pas encore été compilées, le ministère de l’Environnement de la Colombie-Britannique indique qu’il semble y avoir une augmentation du nombre d’annulations de dernière minute et d’abandons d’espaces réservés.

Selon un porte-parole du ministère, les restrictions de voyage liées à la COVID-19, les feux de forêt et la fumée qui les accompagnait comptent parmi les principaux facteurs responsables de l’abandon de ces espaces.

Ce porte-parole ajoute toutefois que la plupart des annulations ont été suivies de nouvelles réservations.

Un emplacement réservé et non réclamé reste réservé jusqu’à 11 h, le lendemain de la première nuit de la réservation. Il est ensuite offert en vertu du principe du premier arrivé, premier servi, ou affiché comme disponible dans le système de réservation.

Avec les informations de Bethany Lindsay et Breanna Himmelright

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !