•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des défis de capacité à l’Hôpital Temiskaming

L'Hôpital Temiskaming, dans le Nord-Est de l'Ontario.

L'hôpital est situé à New Liskeard.

Photo : Hôpital Temiskaming

Radio-Canada

L’Hôpital Temiskaming, dans le Nord-Est de l'Ontario, a dû activer ses plans de gestion de la capacité de pointe.

Le taux d'occupation était de 109 % vendredi, selon Mike Baker, PDG de l'Hôpital Temiskaming, ce qui signifie que certains patients ont dû être installés dans des lits non conventionnels en attendant. La chapelle de l’établissement a par exemple été déplacée ailleurs et l’espace qu’elle occupait a été transformé en chambre semi-privée.

Mike Baker indique que le problème est dû à un afflux de patients qui sont en transition vers d’autres secteurs du système de santé, comme les établissements de soins de longue durée.

La moitié des 59 lits financés par la province à l’hôpital sont actuellement occupés par des patients d'un autre niveau de soins (ANS), dit-il. Cela provoque alors un effet domino qui engendre une pénurie de lits – le service d'urgence étant le plus durement touché.

Il arrive de plus en plus que les patients doivent passer une nuit aux urgences, note M. Baker.

Dans certains cas, nous avons dû annuler des chirurgies et garder des patients dans l’aire de récupération de notre salle d'opération. Cela crée beaucoup de problèmes non seulement pour les patients, mais aussi pour le personnel qui gère des patients dans toutes sortes de zones différentes de l'hôpital, plutôt que des chambres ordinaires et des chambres proches des postes de soins infirmiers.

Récemment, poursuit-il, le gouvernement a reconnu que nous étions dans une situation [difficile] et a fourni des fonds pour l'exploitation de lits [supplémentaires]. Et il y a environ deux semaines, ils ont ajouté plus de fonds pour l'obtention de trois autres lits. Cela nous aidera certainement en ce moment, c'est sûr.

En attendant que plus de lits soient libérés, M. Baker demande au public de faire preuve de patience, et assure que les patients qui ont besoin de soins d’urgence seront priorisés.

Avec des informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !