•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Faute de place, la Regina Humane Society réduit les frais d’adoption de ses chats 

Gros plan d'un chat gris couché sur un coussin rouge.

Le refuge pour animaux de Regina a accepté près de 1200chats au cours de l'été, ce qui est très au-dessus de sa capacité d'hébergement.

Photo : Regina Humane Society

Radio-Canada

Confronté à un problème d'espace, le refuge pour animaux Regina Humane Society appelle la communauté à l’aide, pour adopter des chats et des chatons, allant jusqu’à réduire les frais d'adoption.

Au cours de l’été, le refuge a largement dépassé sa capacité de prise en charge des animaux.

Près de 1200 chats ont été acceptés dans l’établissement. Actuellement, de 150 à 160 chats sont hébergés sur place.

Nous devons trouver des foyers pour ceux que nous avons reçus, indique le porte-parole de la Regina Humane Society, Bill Thorn

Les frais d'adoption d'un chaton ont été réduits à 75 $, et les frais d'adoption des chats adultes et juniors (quatre mois et plus) ont été réduits à seulement 25 $.

Ces frais réduits ont pour but de convaincre les personnes qui hésitent à adopter un chat. 

Nous espérons que les gens adopteront un animal et, s'ils ne le peuvent pas, qu'ils en parleront à leurs amis et à leur famille, déclare M. Thorn. 

Les frais d'adoption comprennent les vaccins, la stérilisation, le tatouage, la micropuce et les examens vétérinaires post-adoption. 

Bill Thorn informe que le nombre de chats arrivés cet été correspondait au niveau prépandémique, ajoutant qu'il devenait difficile de garder tous les chats heureux et en bonne santé. 

Nous voulons que ces chats rentrent chez eux, c'est toute l'idée, plaide-t-il.

M. Thorn demande à la population de ne pas systématiquement amener un chat dans un refuge parce qu’il erre afin d'éviter des situations comme celle à laquelle son organisme est actuellement confronté.

Le processus de demande d'adoption se poursuit jusqu'au 3 octobre. 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !