•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La chasse à l’orignal bat son plein dans l’Est-du-Québec

Un orignal mâle dans un champ en été. Il a la tête levée et un grand panache.

La chasse à l'orignal est lancée dans les différentes régions de l'Est-du-Québec (archives).

Photo : Getty Images / Wildnerdpix

Alice Proulx

La chasse à l'orignal à l'arc et à l'arbalète est ouverte depuis samedi en Gaspésie et au Bas-Saint-Laurent. Sur la Côte-Nord, les chasseurs peuvent maintenant pratiquer cette activité avec des armes à feu.

Jusqu'au 3 octobre, il est permis de chasser ce cervidé dans les zones 1 et 2, qui correspondent aux territoires bas-laurentien et gaspésien. Sur les terres publiques, il est permis d’abattre un seul orignal pour deux chasseurs.

Le nombre d'orignaux abattus au Bas-Saint-Laurent a légèrement diminué durant la dernière saison de chasse, alors qu'en Gaspésie, il a plutôt augmenté.

Le président régional Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine pour la Fédération québécoise des chasseurs et pêcheurs, Alain Poitras, soutient que les chasseurs attendaient cette journée avec impatience. Plusieurs se sont même préparés à l'avance afin d'être fins prêts.

Alain Poitras, président de la Fédération québécoise de chasseurs et pêcheurs pour la région Gaspésie-Iles-de-la-Madeleine

Alain Poitras, président de la Fédération québécoise de chasseurs et pêcheurs pour la Gaspésie et les Îles-de-la-Madeleine (archives)

Photo : Radio-Canada / Pierre Cotton

Le monde arrive à leur camp un à deux jours avant. Je vous garantis que tous les chasseurs à l’arc et à l’arbalète sont, depuis le début de la clarté, dans leurs échafauds. Ils doivent déjà avoir fait leurs marches dans le bois pour faire de la chasse fine, explique-t-il.

Il n'y a personne qui est resté au camp, ils sont tous dans le bois!

Une citation de :Alain Poitras, président régional, Fédération québécoise de chasseurs et pêcheurs

Il incite les chasseurs à respecter les réglementations, tout en portant une attention particulière à la nature, aux accidents et à la consommation d'alcool.

Entre le 16 et le 24 octobre, la chasse à l'orignal aux armes à feu sera ouverte aux chasseurs dans les zones 1 et 2.

Sur la Côte-Nord

La chasse à l'orignal avec armes à feu est lancée dans la zone 18 depuis samedi matin. Elle se terminera le 11 octobre. Cette année, les chasseurs peuvent abattre des mâles, des femelles et des veaux.

Dans la zone 18, 948 orignaux ont été abattus en 2020. La propriétaire du Club de chasse et pêche Tadoussac, qui est situé dans cette même zone, estime que la saison s'annonce bonne pour les chasseurs.

Le couple sourit à la caméra.

Johanne Claisse et Guy Daigneault sont les propriétaires du club.

Photo : Gracieuseté : Johanne Claisse

Cette année, tout est permis.

Une citation de :Johanne Claisse, propriétaire du Club de chasse et pêche Tadoussac

Les chasseurs ont le droit d’abattre la femelle, c’est autorisé une année sur deux. Aussi, avec tout ce qui se passe au niveau météo, si ce n’est pas trop chaud, ça devrait être une bonne saison, ajoute Mme Claisse.

Un lac avec la forêt.

Le Club de chasse et pêche de Tadoussac propose trois secteurs de chasse.

Photo : Gracieuseté : Johanne Claisse

Le territoire du club de chasse est d'une superficie de 26 km carrés. Johanne Claisse déclare que les trois secteurs de chasse de son entreprise sont réservés depuis plus d'un an.

Les chasseurs sont arrivés hier et ils se sont installés dans leur chalet pour être prêts à partir à l’aube [samedi] matin. Il y a vraiment une grande excitation et on sent qu’il y a une fébrilité dans l’air, confirme la propriétaire.

Elle observe également une hausse de la densité d'orignaux sur ses terres depuis quelques années.

On voit, avec les empreintes qu’il y a un peu partout, que la densité est très élevée. On protège le territoire et on a des règles qui font en sorte que c’est un seul orignal pour quatre chasseurs. On essaie de faire notre part pour préserver le cheptel et pour l’instant, ça porte vraiment fruit parce que la population augmente sans arrêt, justifie-t-elle.

Des chasseurs avec deux orignaux morts.

Les chasseurs sont au rendez-vous, une fois de plus, au Club de chasse et pêche de Tadoussac.

Photo : Gracieuseté : Johanne Claisse

Johanne Claisse ajoute que tous les chasseurs sont tenus de suivre toutes les consignes sanitaires d'usage liées à la COVID-19 afin que la saison de chasse se déroule en bonne et due forme.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !