•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Hôpitaux de Windsor : des employés suspendus se font maintenant vacciner

Vue extérieure d'un bâtiment. Une grande banderole publicitaire couvre un immeuble à droite.

L'Hôpital régional de Windsor est parmi les hôpitaux qui ont suspendu des employés parce qu'ils ne sont pas vaccinés contre la COVID-19.

Photo : Google Maps

Radio-Canada

L'Hôpital régional de Windsor confirme que plusieurs de ses employés non-vaccinés qui avaient été suspendus ont maintenant reçu le vaccin contre la COVID-19.

Plus tôt cette semaine, plus de 170 membres du personnel des hôpitaux de Windsor ont été suspendus sans salaire parce qu'ils n'avaient pas été vaccinés contre la COVID-19, conformément à la politique de vaccination mise en place par ces établissements.

Les travailleurs avaient reçu un délai pour se faire vacciner sans quoi ils risquaient de perdre leur emploi.

L'Hôpital régional de Windsor a déclaré qu'en date de vendredi matin, 21 travailleurs suspendus avaient reçu le vaccin et étaient retournés au travail. Selon l’établissement, plusieurs autres travailleurs sont sur le point d’être vaccinés.

À l’Hôpital Hôtel-Dieu Grace par ailleurs, il y a actuellement 30 travailleurs suspendus sans salaire, soit deux de moins que ce que l'hôpital avait déclaré mercredi.

Des professionnels de la santé non vaccinés, dans n'importe quel système de santé, c’est une menace pour les patients, estime Doris Grinspun, directrice de l'Association des infirmières et infirmiers autorisés de l'Ontario (RNAO).

Même si elle n’est pas favorable au licenciement de travailleurs, elle pense que les employés non vaccinés ne devraient pas fournir de soins directs aux patients. De plus, selon elle, il ne devrait pas incomber aux hôpitaux d'exiger la vaccination de leurs travailleurs, mais plutôt au gouvernement provincial.

L'Association des infirmières et infirmiers de l'Ontario (ONA), pour sa part, dit encourager la vaccination des travailleurs de la santé, mais se dit contre la pénalisation et le licenciement des infirmières au moment où la population en a le plus besoin, peut-on lire dans une déclaration.

Avec des informations de CBC

Notre dossier : La COVID-19 en Ontario

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !