•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Football scolaire: les Castors conservent la coupe Champlain

L'École Sainte-Anne a le dessus malgré une remontée tardive des Matadors.

Joueurs avec équipements de football tiennent un trophée.

Les capitaines des Castors, Henry Mason (32), Nicholas Seamans (99), Jonah Lockhart (16) et Samuel Williams (94) posent fièrement avec la Coupe Champlain.

Photo : Radio-Canada / François Le Blanc

François Le Blanc

Il y a toujours un peu de magie lors des matchs de football scolaire qui sont joués à l’automne. Ce duel du premier vendredi de la saison automnale, à Fredericton, n’a pas déçu. Un moment de plaisir à profiter en ces temps plus inquiétants.

Les Castors de l’École Sainte-Anne ont résisté à une poussée tardive des Matadors de Mathieu-Martin en fin de rencontre pour remporter la 3e confrontation de la Coupe Champlain de football scolaire par la marque de 29 à 20.

Ce trophée est mis à l’enjeu annuellement depuis 2018 pour honorer le gagnant du duel entre les deux écoles acadiennes.

Ce match-ci a été beaucoup plus serré et excitant que les parties jouées en 2018 et 2019. La saison 2020 a été annulée en raison de la pandémie.

Tous les éléments étaient là: des courses à l'emporte-pièce, des jeux bloqués à la ligne des buts, des revirements en raison de l'inexpérience des joueurs... et une foule en délire!

Joueurs empêchant d'autres joueurs.

Les Matadors ont trimé dur en défense. Ils ont réussi à bloquer les Castors à quelques reprises à la porte des buts.

Photo : Radio-Canada / François Le Blanc

Partie de plaisir

Les Castors ont eu l’avantage 7-0, puis 13-7, grâce à un jeu surprise. Le quart Olivier LaPlante a remis le ballon à Jonah Lockhart, qui ensuite fait une passe d'une trentaine de verges à Alex Godin. Le numéro 7 des Castors a déguerpi pour une course de 50 verges, bon pour un touché.

Au 4e quart, ÉSA creuse l'écart à 20-7, mais l'affaire était loin d'être dans le sac pour l'équipe locale.

Jeu de football.

Jonah Lockhart, avec le ballon, marque le touché qui donne l'avantage 20-7 aux Castors.

Photo : Radio-Canada / François Le Blanc

Les Matadors répliquent immédiatement avec une longue course d'une quarantaine de verges de Cédrick McLaughlin pour porter le pointage à 20-14.

Puis, dans les dernières minutes de la rencontre, Mathieu-Martin marque à nouveau. ÉSA mène 22-20 et les Matadors tentent alors une transformation de 2 points, qui est bloquée par la défense.

C'était proche, oh oui!, lance le receveur de passes, Henry Mason, qui a aussi joué en défense. Pendant un moment, on doutait. Les gars ont démontré un bon effort et ont compris un peu plus ce que c'est de représenter l'école et le coeur que ça prend pour jouer.

Joueurs de football montrant UN avec leur index.

La traditionnelle photo d'équipe avec le trophée.

Photo : Radio-Canada / François Le Blanc

Les Castors mettent le match hors de portée avec un dernier touché en toute fin de match.

Steven Drisdelle, entraîneur-chef de l'ÉSA, rappelait que ses joueurs avaient encore peu d'expérience au football. Certains n'ont jamais joué, donc on a vu des erreurs d'exécution et d'inattention.

C'est le fun!, dit Zachary Thériault, qui a marqué les derniers points du match. Oh! On est une petite école, on n'a pas beaucoup de joueurs. Donc, gagner des parties contre de plus grosses écoles, comme Mathieu-Martin, c'est juste incroyable!

Les Matadors ont aussi couru à leur perte par moment. Là-aussi, l'exécution a fait défaut sur des jeux simples, reconnaît le demi Cédrick McLaughlin.

On perd en équipe et on gagne en équipe, explique-t-il Je pense que la différence se situe sur les petits détails comme des pénalités qui nous ont détruits. On est sur le bon chemin, bien que des gens pensent qu'on est une équipe de bas de classement. Prochaine partie, on va gagner.

Des partisans heureux

Des jeunes adolescents tiennent une affiche où est inscrit: Slammy, vas-y mon chéri.

Des partisans fiers qui ont visiblement un joueur préféré.

Photo : Radio-Canada / François Le Blanc

Près de 400 personnes ont assisté à cette Coupe Champlain III, au terrain Scotia Sud de Fredericton, pour la plupart des partisans de l'École Sainte-Anne.

C'était le premier vendredi d’automne, mais aussi le dernier vendredi sans restrictions sanitaires. Les nouvelles interdictions gouvernementales pour limiter, entre autres, les rassemblements entraient en vigueur à 23 h 59. Donc, bien après la fin du match.

Il s'agissait finalement d'un rare moment de se réunir.

C'est amusant de voir tout le monde ici pour soutenir l'équipe, dit Nathaniel Beaton, dont le visage était coloré de bleu.

Jeune homme avec maquillage couvrant le visage. Il est en bedaine.

Nathaniel Beaton, à gauche, et Ben Brewer, à droite, n'ont pas cessé d'encourager les Castors durant le match. Et non, ils jurent ne pas avoir eu froid sans gilet!

Photo : Radio-Canada / Gilles Landry

C'était la journée Esprit bleu et jaune à l'École Sainte-Anne où les élèves étaient invités à s'habiller avec ces couleurs. Nathaniel Beaton jure qu'il a passé la journée avec son maquillage.

Ophélie Bossé-Simard aussi a suivi ses cours vêtues de jaune et de bleu, avec, en prime, des ailes dans le dos. J'avais même des sourcils jaunes durant la journée.

Trois jeunes femmes habillées avec des gilets colorés et des déguisements.

Les spectatrices, comme Ophélie Bossé-Simard, au centre avec des ailes dans le dos. n'ont rien ménagé pour démontrer leur fierté.

Photo : Radio-Canada / Gilles Landry

On veut montrer l'esprit scolaire, on veut s'amuser et montrer qu'on est ensemble, dit-elle. L'an dernier, je n'aurais jamais pensé que cette année, on pourrait être au match de football. C'est beau et ça fait du bien.

Ça démontre aussi la fierté française qu'on a ici à Fredericton. On n'est pas beaucoup. On se sent bien, mentionne Sophie Sharp.

Les joueurs ont adoré ces encouragements. Je ne m'attendais pas à voir autant de monde ici, dit Zachary Thériault. Ç'a mis le feu en feu pour la partie.

Toute la semaine, on voulait avoir des spectateurs, lance Henry Mason. Lui et ses coéquipiers étaient soulagés de pouvoir vivre cette expérience, au moins une fois. Je suis fier de notre école... et du bruit que les gens ont fait!

Les prochains matchs seront maintenant joués avec des limites de spectateurs et avec le retour de la distanciation physique dans les estrades.

Tous les joueurs et entraîneurs doivent être pleinement vaccinés selon les normes établies par le ministère de l'Éducation et du développement de la petite enfance du Nouveau-Brunswick.

Vendredi, seulement deux joueurs dans chacune des deux équipes n'ont pas participé au match, car ils sont en attente d'une deuxième dose.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !