•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des dizaines de nouveaux arrivants s’installent au Saguenay-Lac-Saint-Jean

Clara discute avec une jeune femme qui travaille au Carrefour jeunesse emploi.

Clara a bénéficié des services offerts par le Carrefour jeunesse emploi à Alma.

Photo : Radio-Canada / Laurie Gobeil

Laurie Gobeil

Les effets de la pandémie comme accélérateur d'un mouvement de citadins vers les régions s'accentuent. Plusieurs secteurs du Saguenay-Lac-Saint-Jean ont dépassé ou sont sur le point de dépasser les cibles annuelles.

Clara Hessler et son conjoint ont déménagé à Alma, il y a à peine deux semaines. Fatigués de vivre en condo à Montréal, ils rêvaient depuis un moment de grands espaces. Ils représentent parfaitement le profil des nouveaux arrivants.

On a vraiment eu un gros coup de cœur pour la région, confie la jeune femme.

La maison de Clara est située dans la forêt, un peu à l'extérieur d'Alma.

Clara et son conjoint ont acheté leur maison à Alma sans même l'avoir visitée.

Photo : Clara Hessler

Le couple a souvent rendu visite à des amis ici et chaque fois, ils ont été surpris par l’hospitalité des gens. Ils ont démissionné de leur emploi respectif et avant même d’avoir décroché un poste dans leur domaine, ils ont plié bagages.

Une jeune femme est assise dans un véhicule avec une poche de légumes.

Clara Hessler a participé à une récolte de légumes avec Les Butineurs à la Ferme Éloïse.

Photo : Clara Hessler

Engouement pour la région

À Saguenay, l'organisme Place aux jeunes a obtenu le financement nécessaire pour qu’une deuxième ressource destinée au recrutement soit engagée. Même si cette personne n’a pas encore été trouvée, l’agente en place a réussi à accueillir un nombre important de nouveaux arrivants.

Mes chiffres de l'année dernière sont atteints, déjà. Il me reste une dizaine de familles et je vais avoir déjà atteint mes cibles que j’ai pour deux ressources, pour une année, lance Sophie Bouchard, en riant. Je me demande comment j’ai fait. Seulement cet été, j’ai accueilli 30 personnes et familles. C’est beaucoup!

Dans la MRC Lac-Saint-Jean-Est, les chiffres sont aussi impressionnants pour les nouveaux venus, âgés de 18 à 35 ans.

L’année dernière, on avait accompagné 50 nouveaux résidents. Cette année, après six mois d'opération, on a accompagné 50 nouveaux résidents, déjà !

Environ 80 % de ce nombre ne sont pas natifs d'ici », précise l’agente de Place aux jeunes pour le secteur, Roxane Michaud.

Pour les MRC Domaine-du-Roy et Maria-Chapdelaine, la cible de 30 a aussi été dépassée.

Si les arrivants âgés entre 18-35 ans visés par le programme Place aux jeunes sont très nombreux, ils le sont aussi chez les personnes plus âgées.

On constate pour cette tranche d’âge un peu plus de retours en région. On a des gens d’environ 40-45 ans, qui ont une petite famille et qui ont envie que leurs enfants obtiennent une meilleure qualité de vie, décrit Roxane Michaud.

Venir vivre en région

Les gens s'établissent en région, car ils sont à la recherche de grands espaces, d’activités de plein air, de calme et de sécurité.

« Il y a aussi toutes les questions environnementales. Les gens se disent qu’ils vont passer moins de temps dans le trafic, et dépenser de l'essence à attendre, pare-chocs à pare-chocs. Concernant la sécurité, les parents disent que leurs enfants peuvent aller au parc avec leurs amis, alors que dans la métropole actuellement on voit que c'est de plus en plus incertain », explique la directrice de Portes ouvertes sur le lac, Josée Bouchard. Cet organisme est responsable de la gestion des Places aux jeunes dans les deux autres MRC du Lac-Saint-Jean

Attirer grâce à des outils

De nouveaux outils de communication ont été créés par les Places aux jeunes et ont contribué à vendre les aspects positifs de la région.

On a fait faire sept balados qui expliquent entre autres le territoire, l'économie, le plein air. C'est vraiment intéressant! Je vous invite à aller les écouter. On a fait des cartes postales aussi pour envoyer aux gens qui viennent s'établir. On a une capsule pour les employeurs qui s'en viennent, décrit Roxane Michaud.

On aperçoit des bas et des cartes postales identifiés à Place aux jeunes.

Différents objets promotionnels ont été conçus par les Places aux jeunes de la région.

Photo : Radio-Canada / Laurie Gobeil

Ce que l’agente à Saguenay Sophie Bouchard a remarqué, c'est que les projets des nouveaux arrivants sont passés de long terme à court terme.

Avant la COVID, j'avais le temps d'apprendre à les connaître, de suivre leurs démarches, pendant six mois, pendant un an. Depuis la COVID, on voit des projets sur deux semaines, sur quelques jours. On sent beaucoup d'urgence. Cette année, même si on se sent moins dans la pandémie, l'engouement est encore là!, observe la jeune femme.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !