•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les deux Michael, détenus en Chine depuis plus de 1000 jours, en route vers le Canada

Justin Trudeau, souriant, lors de l'annonce de la libération des deux Michael.

Le premier ministre Justin Trudeau a déclaré que Michael Kovrig et Michael Spavor étaient sur le chemin du retour au Canada.

Photo : La Presse canadienne / Justin Tang

L'ancien diplomate Michael Kovrig et l'homme d'affaires Michael Spavor, détenus en Chine depuis fin 2018, ont été libérés et renvoyés au Canada.

Il y a à peu près 12 minutes, l'avion transportant Michael Kovrig et Michael Spavor a quitté l'espace aérien chinois et ils sont en route pour le Canada, a annoncé le premier ministre Justin Trudeau lors d'un court point de presse vendredi soir, le premier depuis sa réélection à la tête d'un gouvernement minoritaire.

L'annonce a été faite quelques heures après la libération de la directrice financière de Huawei, Meng Wanzhou, au terme d'une entente avec la justice américaine. Mme Meng a elle aussi repris le chemin de son pays natal vendredi.

Ces hommes ont vécu pendant plus de 1000 jours une épreuve épouvantable. Ils ont fait preuve de détermination, de grâce, de résilience à chaque étape et ils sont une inspiration pour nous tous, a également rappelé le premier ministre, avare de commentaires, puisque l'opération de rapatriement était toujours en cours au moment du point de presse.

M. Trudeau a indiqué qu'il a eu, durant les deux dernières années, au moins un échange sur le sort des deux Michael avec le président chinois, Xi Jinping. Mais le mérite revient surtout aux efforts des diplomates et des fonctionnaires qui ont travaillé sur le dossier, a souligné le premier ministre.

La preuve d'une prise d'otage

Les deux Canadiens étaient détenus en Chine depuis le 13 décembre 2018. Le Canada et ses alliés percevaient leur arrestation comme des représailles de Pékin après l'arrestation des Mme Meng à Vancouver, le 1er décembre. La Chine a toujours démenti le lien entre ces affaires.

La femme d'affaires Meng Wanzhou libérée. On la voit à sa sortie de la Cour suprême de la Colombie-Britannique

Meng Wanzhou à sa sortie de la Cour suprême de la Colombie-Britannique

Photo : Radio-Canada

Jusqu'à maintenant, la Chine a toujours dit qu'il n'y avait pas de lien entre les deux affaires, mais en les libérant ce soir, elle a clairement reconnu qu'il s'agissait d'une prise d'otage, a déclaré à CBC Colin Robertson, ancien diplomate canadien.

Margaret McCuaig Johnson, membre du conseil consultatif du Forum Canada-Chine, s'est elle aussi dite assez surprise de la rapidité avec laquelle la Chine a libéré les deux hommes à la suite de la libération de Mme Meng.

Nous savions que les deux affaires étaient liées, mais maintenant, c'est la preuve qu'elles le sont, a-t-elle avancé.

Le consultant et homme d'affaires Michael Spavor, spécialiste de la Corée du Nord, avait été condamné à 11 ans de prison pour espionnage et divulgation illégale de secrets d'État en août dernier. Sa peine prévoyait aussi son expulsion de Chine, mais rien n'indiquait quand celle-ci aurait pu survenir.

Michael Kovrig, ancien diplomate auparavant en poste à Pékin devenu consultant, faisait face à des accusations similaires.

Michael Kovrig (à gauche) et Michael Spavor (à droite) ont été arrêtés par les autorités chinoises.

Michael Kovrig (à gauche) et Michael Spavor (à droite)

Photo : La Presse canadienne/Twitter

Une décision saluée de toutes parts

Pour Ben Rowswell, président du Conseil international du Canada et ancien diplomate, la détention de MM. Spavor et Kovrig a créé un terrible précédent.

On ne peut qu'espérer que la Chine y réfléchira sérieusement avant de pratiquer à nouveau une telle diplomatie de prise d'otage, a-t-il déclaré à CBC, en référence à la mobilisation internationale qu'a suscitée ces détentions.

Dans une déclaration écrite publiée peu après l'annonce, le secrétaire d'État américain, Antony Blinken, a rappelé le caractère arbitraire de ces deux années et demie de détention et a salué la décision de la République populaire de Chine.

Nous sommes heureux qu'ils rentrent chez eux au Canada, a-t-il déclaré au nom du gouvernement américain.

L'International Crisis Group – une organisation spécialisée dans la résolution des conflits pour laquelle travaillait l'ancien diplomate Michael Kovrig à titre de consultant – a elle aussi salué cette décision très juste, remerciant du même coup le soutien indéfectible d'Ottawa et la volonté des États-Unis à soutenir un allié.

Le chef néodémocrate Jagmeet Singh et le chef conservateur Erin O'Toole ont eux aussi applaudi la bonne nouvelle par l'entremise de Twitter.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !