•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bagarreurs, les tyrannosaures? Oui, répondent des paléontologues albertains

Dessin de deux tyrannosaures, dont un arbore des cicatrices à la tête.

Seuls les adultes portaient au visage des marques de ces combats violents.

Photo : Illustration de Julius Csotonyi

Radio-Canada

Que ce soit pour établir leur territoire ou pour séduire des partenaires, les tyrannosaures mâles s'affrontaient dans des luttes préhistoriques aux proportions épiques.

C’est ce qu’avance comme hypothèse une équipe albertaine de paléontologistes après avoir étudié 202 fossiles de crânes de tyrannosaures arborant 324 marques de morsures ou de cicatrices de batailles.

En gros, ces animaux se mordaient à la figure, résume Caleb Brown, un des coauteurs de cette récente étude.

En soi, ce n’est pas du jamais vu, nuance M. Brown. Le nombre impressionnant de spécimens confirme toutefois cette théorie en plus de suggérer d’autres pistes de réflexion. Par exemple, les fossiles de bébés ou de jeunes tyrannosaures ne portaient pas de trace de morsure.

Nous pensons qu’une des hypothèses permettant d'expliquer ce phénomène est qu’ils ne commencent à démontrer ce comportement qu’au moment où ils atteignent leur maturité sexuelle, fait savoir celui qui est aussi conservateur musée paléontologique Royal Tyrrell à Drumheller.

Ils faisaient alors compétition avec leurs rivaux pour impressionner les membres du sexe opposé, ajoute-t-il.

Déterminer le sexe d'un dinosaure

L’étude publiée le 6 septembre dans la revue scientifique Paleobiology, note que la position et l’orientation des cicatrices faciales sont constantes dans toutes les espèces de tyrannosaures.

Les morsures étaient alors infligées au cours de conflits répétés, explique Caleb Brown. Il y a de fortes chances qu’ils essayaient de se mesurer l’un à l’autre avant de saisir leurs têtes entre leurs mâchoires.

Environ 60 % des crânes adultes présentent des cicatrices, selon l’étude.

Caleb Brown avec un fossile de tyrannosaure.

Les 202 fossiles de crânes de tyrannosaures étudiés par les chercheurs arboraient 324 marques de morsures ou de cicatrices de batailles.

Photo : Musée paléontologique Royal Tyrrell

Les paléontologistes n’ont cependant pas trouvé de moyen de déterminer le sexe d’un dinosaure. Cette information permettrait de peaufiner cette hypothèse, témoigne M. Brown.

Par contre, la recherche soulève peut-être une nouvelle façon de découvrir le sexe d’un dinosaure. Si vous regardez des animaux modernes qui se battent les uns aux autres en laissant des cicatrices, c’est dominé par les mâles. Cela pourrait donc être un moyen de déterminer le sexe, soulève Caleb Brown.

Les visiteurs du musée paléontologique Royal Tyrrell peuvent voir certaines des marques de morsure fossilisées dans l'exposition Fossils in Focus.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !