•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les membres de l’APTS en colère après les primes offertes aux infirmières

Une pancarte du syndicat APTS devant l'hôpital de Chicoutimi.

Les technologues en imagerie médicale avaient manifesté le 8 septembre devant l'hôpital de Chicoutimi.

Photo : Radio-Canada / Philippe L'Heureux

L'Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS) juge que le gouvernement Legault a manqué de considération envers ses membres en offrant uniquement de s'attaquer au problème de main-d'œuvre des infirmières.

Jeudi après-midi, le premier ministre François Legault a entre autres annoncé que les infirmières travaillant à temps plein dans le réseau public pourront recevoir une prime de 15 000 $.

Ces primes, et l'enveloppe globale d'un milliard de dollars, ont beaucoup dérangé les membres de l'APTS, dont principalement ceux oeuvrant dans les secteurs de l'imagerie médicale et des laboratoires dans les hôpitaux. Notre première réaction c'est de ne pas être concerné par les mesures qui sont annoncées alors que nos techniciens professionnels vivent les mêmes réalités que celles rencontrées par les infirmières. Donc, on trouve vraiment qu'il y a une iniquité dans le traitement du personnel du réseau de la santé et des services sociaux. C'est vraiment insultant. Nos membres, ce matin, ça ne leur donnait pas le goût de rentrer travailler, pas du tout, a dévoilé Nancy Poulin.

Selon elle, le travail de ses membres est essentiel pour que les infirmières et les médecins puissent jouer leur rôle.

Les technologues en imagerie médicale avaient d'ailleurs tenu une manifestation devant l'hôpital de Chicoutimi le 8 septembre.

Nancy Poulin parle devant un mur de béton.

Nancy Poulin est la représentante nationale de l'Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS).

Photo : Radio-Canada

Nancy Poulin s'est insurgée à l'idée que le gouvernement Legault ait soudainement des sommes disponibles pour le réseau de la santé. Alors qu'en juin on nous annonce qu'il n'y a aucun argent supplémentaire pour résoudre les problèmes majeurs dans le réseau, pour les membres qu'on représente, trois mois plus tard, on fait des annonces d'un milliard de dollars. Tout d'un coup, il y a de l'argent pour un certain groupe de travailleurs, mais pas pour d'autres, a-t-elle dénoncé.

La représentante a indiqué que son syndicat avait stoppé la consultation des membres sur l'offre qualifiée de finale par Québec en juin, parce qu'elle était nettement insuffisante. Elle aimerait bien retourner à la table de négociations et elle voudrait que le premier ministre Legault s'en mêle personnellement. On n'a a aucun signe qui nous laisse croire qu'on va faire partie d'un groupe avec qui il va négocier et ajuster certaines conditions. Par contre, on l'a interpellé et on souhaite le rencontrer avec la responsable de la négociation, Mme (Sonia) Lebel. On souhaite poursuivre la négociation, c'est pour ça qu'on a suspendu notre consultation et c'est clair qu'on veut qu'il bonifie l'offre qu'on s'en allait présenter. À la lumière de ce qu'il a offert à un autre groupe de travailleurs. Il se doit d'être équitable envers les autres, a-t-elle conclu.

L'APTS représente 60 000 membres.

Avec des informations de Jean-François Coulombe

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !