•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le premier ministre par interim du Manitoba, Kelvin Goertzen, visé par des menaces

Kelvin Goertzen parle aux journalistes.

Le premier ministre par intérim du Manitoba, Kelvin Goertzen.

Photo : La Presse canadienne / David Lipnowski

Le premier ministre par intérim du Manitoba, Kelvin Goertzen, a confirmé vendredi avoir reçu des menaces à la suite de son soutien aux mesures de santé prises en rapport avec la COVID-19.

Kelvin Goertzen n’a cependant pas voulu préciser la teneur des menaces qui l’ont visé ainsi que sa famille.

On a eu des cas et on a alerté les forces de l’ordre, a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse vendredi.

Ce n’est pas la première fois que des responsables politiques et sanitaires sont intimidés au Manitoba. En juillet, un détective privé avait été embauché pour suivre un juge en chef du Manitoba. Toujours cet été, la responsable du programme de vaccination de la province, la Dre Joss Reimer, avait fait l’objet de menaces et d’intimidations.

Une tendance partout au Canada

L’exposition des responsables politiques et sanitaires aux intimidations et aux menaces fait partie de leur métier, reconnaît le politologue du Campus Saint-Jean de l'Université de l'Alberta, Frédéric Boily.

Les responsables politiques qui prennent des mesures pour lutter contre la pandémie se retrouvent dans le viseur des militants antivaccins, très actifs, explique-t-il.

Pour autant, cela n’entrave pas la mise en place de mesures sanitaires, ce qui place les militants dans une position de refus, de radicalisation.

Division au sein du camp conservateur

Une partie des menaces qui visaient Kelvin Goertzen provenait de sa propre circonscription, Steinbach, qui vote majoritairement pour le Parti progressiste-conservateur lors des élections provinciales.

Elles ne venaient pas seulement de la communauté d’où je viens, a tenu à préciser le premier ministre par intérim. Elles provenaient de divers endroits de la province.

Pour sa part, Frédéric Boily constate une division au sein du camp conservateur en général. Il y a ceux qui veulent l’imposition des mesures et des partisans qui estiment que toute cette histoire de pandémie est exagérée et qu’il y a une pandémie pour les grandes villes et une autre pour les régions rurales.

Kelvin Goertzen a, en tout cas, tenté de minimiser la portée des menaces. En fin de compte, ce que je veux souligner, c'est que je reconnais qu'il y a souvent des préoccupations au sujet des actions que notre gouvernement prend. Mais j'espère que les gens comprennent que, qu'ils soient d'accord ou non avec les actions, tout cela vise à garantir non seulement leur sécurité afin qu’on puisse aller dans nos entreprises, garder nos écoles ouvertes et aller dans les lieux de culte. C'est finalement de cela qu'il s'agit.

Avec des informations d'Alexia Bille et Jérémie Bergeron

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !