•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Guy Lafrenière vise la mairie de Lebel-sur-Quévillon

Un homme portant une chemise et une cravate regarde au loin, souriant.

Guy Lafrenière est le premier candidat à manifester son intérêt pour la mairie de Lebel-sur-Quévillon.

Photo : gracieuseté

Un premier candidat est sur les rangs pour le poste de maire de Lebel-sur-Quévillon, en vue des élections du 7 novembre.

Guy Lafrenière souhaite succéder à Alain Poirier, qui a annoncé son départ après huit ans à ce poste.

Guy Lafrenière n’est pas étranger à la politique, lui qui a occupé un poste de conseiller municipal pendant 14 ans à Lebel-sur-Quévillon, de 1999 à 2013. Il a aussi assumé la présidence de la Société de développement économique.

J’ai touché plusieurs dossiers au cours de mes années à la Ville et j’ai aimé mon expérience, souligne-t-il. Je viens de prendre ma retraite, je suis encore jeune et c’est un moment idéal pour moi de me lancer à la mairie.

Le candidat dit avoir annoncé ses intentions dès le mois de mai, ce qui lui a permis de tester ses appuis au cours des derniers mois.

Beaucoup de gens m’ont dit qu’ils étaient contents que je me présente, affirme-t-il. Il y a aussi plusieurs personnes qui sont intéressées à se présenter comme conseiller pour travailler avec moi. Mais je ne veux pas me présenter en équipe. Ça divise trop dans une petite ville de 2000 habitants. Si je suis élu, je travaillerai avec tous ceux qui auront été choisis par la population.

Guy Lafrenière estime que Lebel-sur-Quévillon est bien placée pour tirer son épingle du jeu, avec la relance de l’usine de pâte et le démarrage attendu d’importants projets miniers.

Mon premier but, c’est d’être capable d’amener de nouvelles jeunes familles ici. C’est une super ville pour élever une famille, très sécuritaire et avec toutes les infrastructures. Il faut attirer les travailleurs de nos industries. Ça semble facile à dire, mais ça se fait, si on bouge et qu’on s’y attarde, conclut-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !