•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Combattre la crise des opioïdes aiderait les hôpitaux pendant la 4e vague en Alberta

Une trousse d'injection de naloxone.

Des trousses de Naloxone comme celle-ci peuvent sauver des victimes de surdose d'opioïdes.

Photo : La Presse canadienne / Chad Hipolito

Radio-Canada

L’approche albertaine face aux empoisonnements par la drogue « exacerbe » le manque de ressources du système de soins aigus déjà poussé à ses limites par la 4e vague, affirme un groupe de médecins d’Edmonton.  

Dans une lettre ouverte à l’endroit du nouveau ministre de la Santé albertain, Jason Copping, des membres de l’Association du personnel médical de la région d’Edmonton (EZMSA) réclament la mise en place urgente d’actions pour endiguer la crise des opioïdes dans la province.

Nos communautés n’ont pas les ressources nécessaires pour répondre aux empoisonnements par la drogue dans un temps convenable, et les personnes [qui en souffrent] finissent par avoir besoin plus souvent des services de premiers répondants, ainsi que des unités de soins d’urgence et intensifs , peut-on lire dans la lettre.

Ils demandent notamment d’étendre l’accès aux sites d’injections supervisés et au traitement par agonistes opioïdes injectables (prescription d'opioïdes légaux sous supervision), en plus renforcer les services de prévention des surdoses.

Dans le contexte de la pandémie de la COVID-19, ces actions politiques d'urgence peuvent sauver des vies non seulement pour les personnes qui consomment des drogues, mais pour tous les Albertains ayant besoin de soins intensifs.

Plus de 145 médecins et 18 organismes à travers le Canada ont signé cette lettre ouverte en soutien à l’EZMSA.

Elle a par ailleurs été envoyée en copie au premier ministre de l’Alberta, Jason Kenney, et au premier ministre du Canada, Justin Trudeau.

La crise des opioïdes a été ravageuse cet été à Edmonton. Le maire de la capitale albertaine, Don Iveson, a aussi condamné le gouvernement provincial d'accélérer cette crise en n’investissant pas assez de ressources pour aider les personnes en situation de dépendance.

Avec les informations de la Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !