•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mahmoud Abbas donne « un an » à Israël pour se retirer des territoires palestiniens

Mahmoud Abbas sur des écrans géants à l'Assemblée des Nations unies.

Le président palestinien Mahmoud Abbas a prononcé un discours à distance lors de la 76e session de l'Assemblée générale des Nations unies à New York.

Photo : Reuters / POOL

Agence France-Presse

Le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, a donné vendredi « un an » à Israël pour se « retirer des territoires palestiniens occupés », menaçant dans le cas contraire de ne plus reconnaître l'État hébreu dans les frontières de 1967.

Dans son discours virtuel à l'Assemblée générale annuelle des Nations unies, le dirigeant a une nouvelle fois appelé le secrétaire général de l'organisation mondiale, Antonio Guterres, à convoquer une conférence internationale sur la paix.

Il a assorti cette demande d'une forme d'ultimatum : Israël a un an pour se retirer des territoires palestiniens occupés en 1967, y compris Jérusalem-Est.

Nous sommes prêts à travailler au cours de cette année à la délimitation des frontières et à résoudre toutes les questions liées au statut final de deux futurs États israélien et palestinien, a-t-il assuré.

Si nous n'y parvenons pas, à quoi bon maintenir la reconnaissance d'Israël sur la base des frontières de 1967?

Une citation de :Mahmoud Abbas, président de l'Autorité palestinienne

Outre cette menace, il a affirmé que l'Autorité palestinienne saisirait dans un an la Cour internationale de justice de la légalité de l'occupation des territoires de l'État palestinien.

Le processus de paix international pour parvenir à une solution à deux États est dans l'impasse depuis plusieurs années.

Israël a tout de suite rejeté les demandes du dirigeant palestinien.

Il démontre une fois de plus qu'il ne représente plus rien, a réagi l'ambassadeur israélien à l'ONU, Gilad Erdan.

Ceux qui soutiennent vraiment la paix et les négociations ne brandissent pas des menaces et des ultimatums délirants depuis la tribune de l'ONU, a-t-il ajouté.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !