•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une centaine de personnes marchent pour le climat à Rouyn-Noranda

La marche pour le climat passe dans la rue Perreault.

Les manifestants pour le climat ont marché au centre-ville de Rouyn-Noranda.

Photo : Radio-Canada / Jean-Michel Cotnoir

Plus d'une centaine de personnes ont pris part à la marche pour le climat vendredi midi dans les rues de Rouyn-Noranda.

Les citoyens ont répondu à l'appel du Regroupement d'éducation populaire de l'Abitibi-Témiscamingue (REPAT), selon lequel l'urgence climatique requiert des actions drastiques et rapides de la part des différents paliers de gouvernement.

Près de deux ans après la marche pour le climat ayant rassemblé 500 000 personnes à Montréal, la co-coordonnatrice du REPAT, Laurie Paquin, rappelle que la pandémie n’a pas freiné les impacts des changements climatiques.

Laurie Paquin sourit à la Place de la Citoyenneté.

Laurie Paquin, co-coordinatrice du REPAT

Photo : Radio-Canada / Jean-Michel Cotnoir

L’urgence est tout le temps là, pandémie ou non. Le GIEC a sorti son dernier rapport au mois d’août pour nous dire que les belles paroles n’ont plus leur place. On doit agir maintenant et collectivement. Les gestes individuels ne suffisent plus, il faut que nos gouvernements agissent, clame-t-elle.

Il faut qu’on arrête toutes les subventions directes ou indirectes aux énergies fossiles. Il faut qu’on reconnaisse et qu’on respecte la science, mais aussi les savoirs autochtones en matière d’environnement. Il faut que les pollueurs paient plus que leur juste part.

Une citation de :Laurie Paquin, co-coordonnatrice du REPAT

Mobilisation citoyenne

Les citoyens rencontrés lors de la marche étaient tous préoccupés pour l'avenir des générations futures et affirment que les gouvernements doivent agir rapidement afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Trois hommes et une femme portent le masque à la Place de la Citoyenneté.

Marc Garneau (à gauche) est venu marcher avec des amis

Photo : Radio-Canada / Jean-Michel Cotnoir

Je suis ici pour ma fille, pour tous les jeunes enfants de la nouvelle génération. Je suis nouvellement retraité, alors je prends ce temps-là, que peut-être je n’aurais pas pu prendre avant, mais c’est important maintenant que je le fasse, explique Marc Garneau, enseignant à la retraite.

Également présente à la marche, Jocelyne Mayrand dit ne pas s’en faire autant pour la planète que pour les humains qui l’habitent.

Une femme tient une affiche disant «changeons le système pas le climat».

Jocelyne Mayrand a tenu à participer à la marche.

Photo : Radio-Canada / Jean-Michel Cotnoir

Je pense qu’on a beaucoup à faire pour sauver les humains et tout ce qui est vivant parce que la terre elle va s’en tirer, mais nous autres, pas certaine!

Une citation de :Jocelyne Mayrand

Venu marcher avec ses amis et collègues étudiants, Louis Roy croit pour sa part à l’importance de ce type de mobilisation citoyenne pour inciter les politiciens à agir plus rapidement. Il aimerait également que le gouvernement fédéral cesse rapidement d’investir dans les projets faisant appel aux énergies fossiles.

On ne peut plus faire ça. On voit déjà un peu partout les répercussions de l’urgence climatique. On est ici pour montrer qu’on n’est pas d’accord avec le gouvernement et qu’il faut que ça change. Si on ne faisait pas de manifestation comme aujourd’hui, le gouvernement continuerait de faire ce qu’il fait sans aucune répercussion, soutient l’étudiant.

Cinq jeunes posent avec des affiches à la Place de la citoyenneté.

Louis Roy (au centre droit) est venu à la manifestation en compagnie de ses amis

Photo : Radio-Canada / Jean-Michel Cotnoir

Des marches pour le climat étaient aussi organisées ailleurs dans la province vendredi, notamment à Montréal, Québec, Joliette et Alma.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !