•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Crise des sous-marins : premiers pas vers l’apaisement entre Paris et Londres

Boris Johnson, l'air sérieux, lève le pouce.

Boris Johnson a tenté de recoller les morceaux après l'annulation d'un mégacontrat français à Canberra.

Photo : Getty Images

Agence France-Presse

Après 10 jours de tensions, Boris Johnson a tendu vendredi la main à Emmanuel Macron, lui assurant vouloir coopérer malgré le froid provoqué par la crise des sous-marins, dernier épisode d'une série de contentieux entre Londres et Paris.

Lors d'un entretien téléphonique, qui s'est tenu dans la matinée à la demande de Londres, le chef du gouvernement britannique et le président français ont réaffirmé l'importance de la relation entre la France et le Royaume-Uni et sont convenus de continuer à travailler en étroite collaboration partout dans le monde, selon Downing Street.

Insistant sur le fait que l'initiative venait de Londres, l'Élysée a assuré que Boris Johnson avait exprimé son intention de rétablir une coopération entre la France et le Royaume-Uni, conforme à nos valeurs et à nos intérêts communs : climat, Indo-Pacifique, lutte contre le terrorisme.

Le président lui a répondu qu'il attendait ses propositions, a poursuivi sèchement la même source.

Ce coup de fil vise à recoller les morceaux après l'annonce le 15 septembre d'un partenariat stratégique entre les États-Unis, l'Australie et le Royaume-Uni, qui s'est soldé par l'annulation d'un mégacontrat de sous-marins français à Canberra.

La diplomatie française avait vivement réagi à cette nouvelle et rappelé ses ambassadeurs aux États-Unis et en Australie.

Elle n'en avait pas fait de même avec l'ambassadrice française à Londres, considérant que le Royaume-Uni avait joué le rôle de cinquième roue du carrosse. Mais la France avait tout de même marqué son mécontentement envers son allié britannique en annulant une rencontre bilatérale cette semaine entre la ministre française des Armées, Florence Parly, et son homologue, Ben Wallace.

L'annonce de l'alliance AUKUS a été un choc, a rappelé vendredi Florence Parly, en marge d'une rencontre à Stockholm avec certains de ses homologues, dont un représentant britannique. Nous attendons des éclaircissements de la part d'un allié et d'un pays européen.

Boris Johnson avait exprimé en début de semaine son impatience face aux bouderies de son allié français, lui demandant en franglais de se ressaisir et de lui donner un break.

Il a adopté vendredi un ton plus conciliant, semblant souhaiter un apaisement des relations bilatérales, mises récemment à rude épreuve par le Brexit, la pêche et l'immigration.

Plusieurs semaines de tiraillements

La tension était montée déjà début septembre entre Paris et Londres au sujet de la délicate question des arrivées record de migrants traversant illégalement la Manche, dont le gouvernement britannique avait fait un de ses chevaux de bataille post-Brexit.

Selon la presse britannique, le Royaume-Uni avait alors menacé de refouler les bateaux et de ne pas verser plus de 60 millions d'euros promis pour financer le renforcement de la présence des forces de l'ordre françaises sur les côtes, s'attirant des accusations de chantage de Paris.

Vendredi, Boris Johnson a réitéré la position du Royaume-Uni selon laquelle nous devons briser le modèle commercial des passeurs de migrants qui mettent des vies en danger, a indiqué Downing Street, affirmant cependant que les deux dirigeants souhaitaient intensifier leur coopération sur cette question.

Entre Français et Américains aussi, la crise diplomatique – l'une des plus graves entre ces deux alliés historiques – a amorcé une détente. Un appel mercredi entre Emmanuel Macron et son homologue américain Joe Biden a permis de reprendre le dialogue, sans toutefois rétablir pleinement la confiance, et ouvert la voie au retour à Washington de l'ambassadeur français Philippe Étienne.

Les États-Unis ont promis jeudi des actes pour surmonter cette crise avec la France, tout en concédant, tout comme Paris, que cela prendrait du temps.

Continuant à avancer ses pions dans la région indo-pacifique, Joe Biden reçoit vendredi les premiers ministres d'Inde, du Japon et d'Australie afin de dialoguer d'une alliance plus informelle, le Quad, entre ces quatre pays.

La réunion devrait surtout insister sur des chantiers économiques, environnementaux, et sur la lutte contre la pandémie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !