•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Agression au hockey : Robby Petiquay obtient neuf mois avec sursis

Panneau bleu du gouvernement indiquant le palais de justice.

Palais de justice de La Tuque (archives)

Photo : Radio-Canada / Josée Ducharme

Julie Grenon

Au palais de justice de La Tuque, Robby Petiquay a été condamné à neuf mois à purger dans la collectivité pour avoir violemment frappé un joueur de hockey à la tête, en janvier 2019.

L’agression s’est produite lors d'une bagarre générale dans une partie de la ligue senior AAA, disputée entre les Loups de La Tuque et le Métal Perreault de Donnacona. Le joueur de Donnacona Julien Gauthier avait subi une commotion cérébrale dont il traîne toujours d’importantes séquelles.

La poursuite demandait 15 mois d’emprisonnement dans la collectivité, tandis que la défense réclamait un sursis de sentence assorti d’une probation et de travaux communautaires.

Le juge Simon Ricard a tenu compte de l’enfance difficile de Petiquay et du traumatisme intergénérationnel ayant pu contribuer au passage à l’acte; ses parents ayant subi des traumatismes liés aux pensionnats pour autochtones.

Toutefois, le juge a spécifié que Petiquay en est à sa cinquième condamnation pour crime contre la personne, dont une condamnation en 2017, pour avoir asséné un coup de bâton à un adversaire lors d’un match de hockey. Le juge a tenu compte de la violence de l’attaque ainsi que de son caractère gratuit et sournois.

Le message doit être sans équivoque et il s’adresse à tous les joueurs de hockey qui seraient tentés de se livrer à de tels actes de violence, mettant en danger la santé et la sécurité des autres joueurs, et s’adresse aussi aux différentes organisations sportives qui devraient interdire les bagarres et protéger davantage les joueurs contre les débordements, comme celui survenu dans le match ayant conduit à la présente infraction, a indiqué le juge Simon Ricard.

Robby Petiquay est assigné à résidence. Il ne pourra sortir de chez lui que pour aller travailler et, entre autres, suivre des ateliers de groupe au Centre d’amitié autochtone de La Tuque.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.