•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Chronique

Bonheur de retourner au jeu

Des jeunes en pleine action au basketball

Des jeunes ont repris avec enthousiasme leur sport favori, le basketball.

Photo : Radio-Canada / Jean-Marie Yambayamba

Mon retour longtemps attendu en qualité d’entraîneur de basketball mineur a finalement eu lieu le 18 septembre, au centre sportif Saville d'Edmonton.

Le bonheur était à son comble après plus d’une année et demie de quasi-immobilité, en raison des restrictions pour contrer la pandémie de COVID-19.

Ce samedi-là, une dizaine de jeunes de moins de 18 ans se sont joints à moi pour courir et surtout s’adonner à un sport qui leur a tant manqué.

Plutôt que de multiplier les étirements, des essais de tirs, de dribles ou de passes, j’ai choisi de limiter ces exercices pour leur permettre de s'amuser au maximum.

Tant qu’à y être, je me suis moi-même mis de la partie pour appuyer le jeu, en attendant l’arrivée d’un joueur retardataire.

Au terme d’une heure d’effervescence, je pouvais lire le soulagement dans les visages, comme si une longue page sombre venait d’être tournée.

Le temps a vite passé. Nous devions céder la place à d’autres qui nourrissaient la même excitation que nous.

Cela dit, je ne peux pas encore parler d’un retour à la normale d’antan. Pas évident de parler aux joueurs, bouche masquée. En plus, la ferveur des parents et autres spectateurs nous manque aussi, car ils ne sont pas admis au gymnase.

Comme si cela ne suffisait pas, nous étions déjà prévenus qu’après le 20 septembre, une preuve de vaccination deviendrait obligatoire pour accéder aux installations sportives.

Ces contraintes pourraient décourager ceux qui auraient des difficultés à s’y prêter.

J’espère néanmoins que les responsables entendront l’appel que la médecin hygiéniste en chef de l'Alberta a lancé sur Twitter, le 21 septembre.

Tout en reconnaissant que rien ne leur interdit d’exiger la même chose à tout le monde, Deena Hinshaw, les encourage à exempter les moins de 18 ans qui participent aux sports.

Laissez-les jouer. Trouvez d’autres moyens pour réduire les contaminations à la COVID-19, écrit-elle.

La médecin hygiéniste en chef rappelle que l’activité sportive est d’une importance capitale pour la santé et le bien-être des jeunes et que c’est essentiel pour leur vie de tous les jours.

C’est une conviction que je partage pleinement quand j’observe et écoute mes enfants après cette année et demie de privation de sport collectif.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !