•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les professionnels et techniciens de la santé trouvent que Québec les « met de côté »

L'Alliance suspend ses assemblées de consultation avec ses membres jusqu'à ce qu'une rencontre ait lieu avec Québec.

Une pancarte du syndicat APTS devant l'hôpital de Chicoutimi.

Début septembre, des technologues dénonçaient le manque de main-d'œuvre et les délais d'attente qui ne cessent de se prolonger en imagerie médicale.

Photo : Radio-Canada / Philippe L'Heureux

L'Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS) juge que le gouvernement Legault a manqué de « considération » envers ses membres en offrant uniquement de s'attaquer au problème de main-d'œuvre des infirmières.

On est en colère, on est indignés : Robert Comeau ne s'explique pas que le premier ministre François Legault ait la marge de manœuvre nécessaire pour venir en aide au personnel en soins infirmiers, mais pas aux quelque 60 000 membres de l'APTS qui sont pourtant aux prises avec d'importantes pénuries.

C’est un manque flagrant de respect envers les techniciens et professionnels de la santé, a estimé le président par intérim de l'APTS, qui s'est dit grandement déçu de constater que Québec ne proposait aucune solution pour ses membres dans son plan d'un milliard de dollars présenté la veille.

Selon M. Comeau, le gouvernement se met des œillères, sa vision de la santé et des services sociaux ne se limitant qu'aux soins infirmiers. La surcharge de travail est aussi fortement vécue par les membres de l'APTS, et elle se traduit par de la détresse, a-t-il déclaré.

Quand on annonce un milliard de dollars comme ça, [...] il y a des techniciens et professionnels de la santé qui se sentent drôlement délaissés, non considérés et mis de côté.

Une citation de :Robert Comeau, président par intérim de l'APTS

Les mesures annoncées jeudi pour assurer l'attraction et la rétention d'infirmières n’auront aucun effet pour diminuer la surcharge de travail dans les laboratoires, dans les salles d’imagerie médicale et de médecine nucléaire, dans les centres jeunesse, dans les services à domicile, en santé mentale et dans les autres secteurs névralgiques où les listes d’attente s’allongent constamment, a déploré l'APTS dans un communiqué.

Robert Comeau précise qu'il n'a rien contre le fait que Québec tente d'améliorer les conditions de travail des infirmières. Mais tous les secteurs en santé et services sociaux sont sujets à avoir du temps supplémentaire obligatoire, alors pourquoi avoir une vision tunnel du problème? a-t-il demandé.

Consultations suspendues

L'Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux demande donc au gouvernement de revoir son offre.

En attendant qu'une rencontre ait lieu entre l'APTS, le premier ministre Legault et la présidente du Conseil du trésor, Sonia Lebel, pour trouver une voie de passage, l'Alliance a décidé de suspendre toute consultation avec ses membres en vue du renouvellement de la convention collective.

La volte-face du gouvernement hier change complètement la donne. C'est une offre qui est complètement désincarnée du contexte d’il y a trois mois.

Une citation de :Robert Comeau, président par intérim de l'APTS

Contrairement à ce que le premier ministre a affirmé jeudi, les discussions entre l'APTS et Québec n'ont pas encore abouti à une entente de principe, a précisé M. Comeau.

À la fin juin, l'Alliance avait jugé que l'offre salariale proposée par Québec était insuffisante et ne permettait pas de combler les besoins du réseau de la santé et des services sociaux.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !