•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec Issime poursuit la Ville de Sherbrooke pour rupture de contrat

Les artistes de Québec Issime chante Starmania à la place Nikitotek,

Plus de 14 000 spectateurs ont assisté au spectacle de « Québec Issime chante Starmania » à l'été 2018 à Sherbrooke (archives).

Photo : Destination Sherbrooke

René-Charles Quirion

QI Productions, qui produit Québec Issime, lance une poursuite contre la Ville de Sherbrooke et lui réclame environ 1,2 million $.

Ce montant est demandé en indemnités à la Ville pour avoir résilié le contrat qui les unissait. Québec Issime avait signé une entente de 10 ans pour la présentation de revues musicales, mais Sherbrooke a tiré un trait après 5 ans.

Cette procédure est aussi une réplique à la poursuite intentée par la Ville, qui tente de récupérer des paiements non-perçus pour le toit de la place Nikitotek. L'installation devait être payée en partie par QI Productions.

La Ville n'a pas respecté son contrat, selon QI Productions

Le président de QI Productions Robert Doré explique que le litige est assez simple : la Ville de Sherbrooke n’a tout simplement pas respecté son contrat.

Il rappelle que Sherbrooke avait des obligations.

Ce qu’on souhaite, c’est un aboutissement de tout ça. La Ville de Sherbrooke a un contrat, qu’elle le respecte.

Une citation de :Robert Doré, président de QI Productions

QI Productions demande 750 000 $ pour les pertes sur les investissements et les profits qui auraient été réalisés entre 2020 et 2024. Robert Doré estime qu’il aurait livré la marchandise sans problème, et il rappelle que près de 80 % de la production était composée de gens de Sherbrooke.

Je voulais continuer à donner de l’emploi aux artistes et techniciens de Sherbrooke, affirme M. Doré.

De plus, il déplore que la Ville de Sherbrooke n’ait pas agi rapidement après la fuite dans le toit lors de la première du spectacle « Québec Issime chante Starmania », en 2019. Un orage avait éclaté et la pluie s'était mise à couler sur les spectateurs. Un montant de près de 350 000 $ est demandé à ce sujet..

Personne n’a trouvé ça agréable que la pluie lui tombe dessus. C’est aussi difficile de vendre des billets par la suite s’il y a un risque que la pluie tombe sur les spectateurs, signale Robert Doré.

Un montant de 90 000 $ est également réclamé parce qu’il y avait eu moins de représentations de la revue d’année en 2019. Finalement, QI Productions demande également un montant de 20 000 $ pour troubles et inconvénients.

La négligence de la Ville quant à l'entretien du tout de la Place Nikitotek, la mauvaise gestion des travaux entourant la Place Nikitotek ainsi que les déclarations publiques des représentants élus de la Ville ont causé un préjudice sérieux à QI Productions, signale le document légal déposé aux greffes du palais de justice de Sherbrooke.

Pas de commentaire de la Ville

Robert Doré garde un goût amer de toute la saga de la place Nikitotek, qui a finalement été démantelée.

La Ville de Sherbrooke a tenté en vain de vendre la scène, mais aucune transaction n’a pu être conclue. Robert Doré assure avoir fait des démarches avec Destination Sherbrooke pour trouver un nouvel emplacement.

Cependant, il soutient qu'il n’est pas déçu d'avoir présenté un spectacle à Sherbrooke, estimant que ses spectacles ont ramené environ deux millions $ à Sherbrooke, en retombées économiques.

Le maire de Sherbrooke Steve Lussier n’a pas voulu commenter le dossier puisqu'il se trouve devant les tribunaux. Il précise que le dossier sera présenté au comité exécutif de la Ville de Sherbrooke, mardi prochain.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !