•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une cinquantaine de CPE en grève au Saguenay–Lac-Saint-Jean

Des travailleuses tiennent des pancartes en bordure d'une rue.

Des travailleuses manifestent devant un CPE de Saguenay.

Photo : Radio-Canada / Louis Martineau

Radio-Canada

Les employés de centres de la petite enfance (CPE) ont déclenché une grève d’une journée vendredi. À l’échelle du Québec, ils sont 11 000 à manifester dans l’espoir de faire bouger le gouvernement.

Il s’agit de la première de dix journées de grève adoptées comme moyen de pression. On ignore encore quand les autres journées seront tenues.

Les travailleuses affiliées à la CSN et à la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN) ont manifesté devant leur lieu de travail entre 7 et 9 h vendredi matin. En fin d’avant-midi, elles ont formé une grande chaîne humaine à Alma.

Des travailleuses se font entendre le long d'une rue.

Les travailleuses en grève affirment avoir l'appui des parents.

Photo : Radio-Canada / Louis Martineau

Elles sont sans convention collective depuis au moins 18 mois. Elles demandent notamment des augmentations salariales pour tous les types d’emploi. C’est justement sur ce point que les négociations achoppent.

Jusqu’à la période estivale, il y avait des discussions avec le ministère, surtout sur des clauses sans incidence financière. Depuis le retour des vacances et depuis qu’on a fait les votes pour les 10 jours de grève, le gouvernement s’est mis à parler plus de ce qui touche ces clauses, explique Monica Villeneuve, trésorière à l’exécutif syndical du Saguenay–Lac-Saint-Jean. Elle affirme toutefois que ça avance, mais à pas de bébé.

Les travailleuses veulent aussi des solutions à la surcharge de travail et à la pénurie de personnel. Elles souhaitent également avoir plus de temps de planification pour soutenir les enfants ayant des besoins spéciaux.

Les offres déposées par le gouvernement jusqu’à maintenant sont jugées insuffisantes par les syndiqués.

Avec les informations de Louis Martineau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !