•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Manifestation devant les bureaux de Pêches et Océans à Dartmouth

Des manifestants devant une pancarte indiquant un bureau gouvernemental.

Les manifestants estiment que la décision Marshall ne donne pas le droit à Pêches et Océans de gérer cette pêche.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Une trentaine de personnes ont manifesté jeudi devant les bureaux de Pêches et Océans Canada à Dartmouth. Ils dénoncent ce qu’ils considèrent être une violation par le ministère de leurs droits issus des traités.

Les manifestants, surtout des autochtones, disent que leurs droits sont garantis par des traités et également par la décision Marshall de 1999 par la Cour suprême du Canada.

Ça fait 22 ans depuis que la décision Marshall a réaffirmé notre droit à la pêche, dit Melanie Peter Paul de la Première Nation Sipekne'katik. Malgré cela, nous sommes ici une fois de plus à demander à ce que nos droits soient respectés.

Les manifestants estiment que la décision Marshall ne donne pas le droit à Pêches et Océans de gérer cette pêche et qu’ils devraient avoir le droit de pêcher quand ils le veulent, et ce, même hors-saison.

Ils réclament également le droit de vendre leurs prises sans ce qu’ils considèrent être du harcèlement des agents de Pêches et Océans.

Récolte du premier jour de pêche en Nouvelle-Écosse.

La pêche est l’un des principaux pôles économiques pour cette région de la Nouvelle-Écosse.

Photo : Radio-Canada / Kassandra Nadeau-Lamarche

Ce dernier est accusé d’avoir pêché hors-saison et d’avoir vendu ses prises. Pêches et Océans n’a pas le droit de gérer notre pêche, déclare Matt Cope, de la Première Nation Millbrook.

Ce dernier est accusé d’avoir pêché hors-saison et d’avoir vendu ses prises. Les traités nous donnent le droit de pêcher sans cette ingérence, réplique-t-il.

La Première Nation de Potlotek cherche à obtenir une injonction

De son côté, la Première Nation de Potlotek, au Cap-Breton, cherche à obtenir une injonction pour empêcher Pêches et Océans d’intervenir dans la gestion de la pêche au homard comme pêche de subsistance convenable.

Une association de pêcheurs de la Nouvelle-Écosse, la Unified Fisheries Conservation Alliance, a demandé à la cour le statut d’intervenant dans cette cause jeudi.

La première nation de Potlotek s’y oppose, estimant qu’une injonction contre Pêche et Océans n’aurait aucune répercussion négative sur les pêcheurs commerciaux.

Avec les informations de Paul Légère

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !