•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La C.-B. veut interdire les manifestations près des écoles et des hôpitaux

John Horgan.

John Horgan, premier ministre de la Colombie-Britannique, s'est exprimé jeudi suite à la réunion du Conseil de la fédération.

Photo : Radio-Canada / Michael McArthur

François Macone

John Horgan, le premier ministre de la Colombie-Britannique veut interdire les manifestations près des hôpitaux et des écoles. En marge d’une réunion du Conseil de la fédération, où les premiers ministres ont demandé au gouvernement fédéral d’augmenter sa part des dépenses totales en santé, John Horgan est revenu sur les manifestations anti-vaccin qui ont soulevé l'indignation ces dernières semaines.

Je pense que tous les Britanno-Colombiens sont perplexes à l'idée que des personnes qui ont un point de vue différent, minoritaire, choisissent de perturber les enfants dans les établissements d'enseignement ou les patients dans les établissements de soins de santé pour faire valoir leur point de vue, a -t-il déclaré.

Au cours de certaines de ces manifestations, organisées devant des hôpitaux, des travailleurs de la santé ont été pris à partie et des patients bousculés. Des manifestants anti-vaccin ont aussi fait intrusion dans plusieurs établissements scolaires, obligeant la direction de certaines écoles à verrouiller leurs portes.

Le premier ministre précise que la province travaille pour s’assurer que cela ne se reproduise pas.

Il a confié que le procureur général, David Eby, et le ministre de la Justice, Mike Farnworth, pourraient proposer un projet de loi ou des changements aux règlements existants pour protéger les travailleurs et les usagers des écoles et des hôpitaux.

C'est quelque chose que nous ne faisons pas à la légère, mais nous le faisons dans l'intérêt de la grande majorité des Britanno-Colombiens qui veulent savoir qu'ils peuvent vaquer à leurs occupations sans souffrir de l'intolérance d’une minorité.

Une citation de :John Horgan, premier ministre de la Colombie-Britannique

Durant la campagne électorale, le premier ministre Justin Trudeau avait promis de criminaliser le fait de bloquer l'accès aux bâtiments dans lesquels sont prodigués des soins de santé. La création de zones tampons, afin d'interdire les manifestations dans le périmètre immédiat de ces établissements, avait également été avancée comme solution.

Carte vaccinale : des conséquences pour ceux qui contournent les règles

Le premier ministre est également déçu des établissements qui refusent d'appliquer l'ordonnance provinciale de santé publique exigeant de certains commerces de vérifier le statut vaccinal de leurs clients.

Il a laissé entendre que le choix de ces entreprises n'était pas pragmatique, en annonçant que 3,1 millions de Britanno-Colombiens ont téléchargé leur carte vaccinale.

Je m'attendrais à ce que la meilleure façon d'aller de l'avant pour ces entreprises soit de s'assurer qu'elles mettent en place des protocoles pour encourager ce marché de 3,1 millions de personnes à venir fréquenter leur établissement.

Une citation de :John Horgan, premier ministre de la Colombie-Britannique

La province continue de favoriser une approche collaborative concernant l'application de ces mesures. Nous avons toujours dit que nous ne voulions pas forcer la main de personne. Nous voulons que le bon sens prévale, a confié M. Horgan.

Le premier ministre prévient toutefois qu’il y aura des conséquences pour ceux qui veulent contourner les règles.

Pour sa part, le gouvernement fédéral s’est engagé à accompagner financièrement les commerces non essentiels dans les coûts engagés pour la vérification des cartes vaccinales.

M. Horgan dit que le sujet n’a pas été abordé durant la réunion des premiers ministres des provinces et des territoires ce jeudi, mais s’est dit confiant au regard des progrès faits en tant que fédération, durant la pandémie, en ayant des réunions et en abordant ces sujets.

Le gouvernement fédéral reconnaît cela, et la plupart du temps, il était là pour apporter son aide, a-t-il précisé.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !