•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La télémédecine pour 75 000 Néo-Écossais sans médecin de famille

Portrait d'une médecin regardant la caméra et tenant un téléphone cellulaire dans ses mains.

Par l'entremise d'une application mobile ou d'un site Internet, le patient pourra s'entretenir avec un médecin ou une infirmière praticienne.

Photo : Getty Images / SeventyFour

Radio-Canada

Le gouvernement de la Nouvelle-Écosse a annoncé jeudi que toutes les personnes sans médecin de famille qui sont sur la liste d’attente provinciale auront accès à une plateforme virtuelle de soins dès le mois de décembre.

En date du 1er septembre 2021, environ 75 000 résidents de la province sont sur la liste, en attente d’être jumelés avec un médecin de famille, certains depuis des années. C'est presque 30 000 patients de plus qu'au début de 2020.

La plateforme privée de télémédecine Maple que le gouvernement mettra à la disposition de tous ces patients permettra à ces derniers de s’entretenir avec un médecin ou une infirmière praticienne par l’entremise d’un site web ou une application mobile.

Si l’entretien virtuel ne permet pas de résoudre la situation du patient, celui-ci se verra proposer un rendez-vous en personne avec un fournisseur de soins.

Le gouvernement progressiste-conservateur, élu en août, réalise donc une de ses promesses électorales en étendant aux régies de santé du centre et de l’est de la province ce qui était un projet pilote établi par le précédent gouvernement libéral dans les zones de santé du nord et de l’ouest.

Le projet pilote avait été lancé au coût de 3,8 millions de dollars. Le bureau du premier ministre Tim Houston précise qu’il en coûtera 1,3 million de dollars pour offrir cette solution jusqu’en mars prochain, à la fin de l’année financière.

Le programme, a déclaré M. Houston, sera prolongé jusqu’à ce que le système de santé soit reconstruit dans cette province.

Le chef du Parti progressiste-conservateur parle derrière un podium lors d'une conférence de presse.

En campagne électorale cet été, Tim Houston avait promis la télémédecine pour les Néo-Écossais en attente d'un médecin de famille.

Photo : parti progressiste conservateur de la Nouvelle-Écosse

Au moins 30 professionnels de la santé additionnels seront nécessaire pour faire fonctionner cette plateforme. Ils rejoindront les huit médecins et trois infirmières praticiennes qui participaient au projet pilote.

Ces professionnels exercent déjà en Nouvelle-Écosse. Tim Houston assure néanmoins que leur participation à la télémédecine n’engendrera pas de réductions de service ailleurs.

Le premier ministre affirme au contraire que cette offre virtuelle de soins permettra de réduire l’achalandage aux urgences et, plus généralement, la pression sur le système public de santé.

Environ 4900 Néo-Écossais ont eu recours aux soins virtuels depuis le lancement du projet pilote, et quelque 1500 rendez-vous médicaux ont été réservés de cette manière.

D’après le reportage de Taryn Grant, CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !