•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Première journée de grève pour 11 000 éducatrices dans les CPE

Quatre éducatrices en CPE tiennent une banderole où on peut lire : CPE la Courtepointe, aussi loin que l'on voudra y croire.

Les 11 000 éducatrices en CPE affiliées à la CSN ont voté un mandat de grève de 10 jours pour faire pression sur le gouvernement.

Photo : Radio-Canada / Camille Carpentier

Des milliers de parents ont dû garder leur enfant à la maison vendredi puisque 11 000 employés des centres de la petite enfance (CPE) affiliés à la CSN ont débrayé pour la journée.

Il s’agit d’une première journée sur un mandat de grève de 10 jours adopté à 97 % par les membres. Les dates pour les autres journées de grève n’ont pas encore été annoncées, mais le syndicat s’est engagé à prévenir les parents pour qu’ils puissent s’organiser en conséquence.

Les salaires des éducatrices sont le principal point d’achoppement dans les négociations. Le gouvernement du Québec offre des augmentations salariales de 12 % sur 4 ans. Cela ferait passer le salaire des éducatrices qualifiées en CPE de 25,15 $ l’heure à 28,25  $ l’heure (au dernier échelon salarial).

Les éducatrices réclament plutôt la parité avec le milieu scolaire et des augmentations de plus de 20 % sur la même période.

Les éducatrices réclament la parité salariale avec les employés des services de garde scolaire.

Les éducatrices réclament la parité salariale avec les employés des services de garde scolaire.

Photo : Radio-Canada

À Québec, les éducatrices se sont d’abord rassemblées devant le musée national des beaux-arts avant de se déplacer devant le ministère de la Famille sur la rue Jacques-Parizeau. La grève touche 59 CPE dans la région de Québec et de Chaudière-Appalaches et plusieurs centaines d’éducatrices ont participé à la manifestation.

Selon Mélanie Pelletier, présidente du syndicat régional des travailleuses et travailleurs en CPE, c’est la survie même du réseau qui est en jeu dans les négociations avec le gouvernement.

Mélanie Pelletier, présidente du syndicat régional des travailleuses et travailleurs en CPE

Mélanie Pelletier, présidente du syndicat régional des travailleuses et travailleurs en CPE

Photo : Radio-Canada

Plusieurs CPE sont à la limite de faire des bris de service. […] Ça, ça veut dire qu'on rappelle les parents et on dit : Désolé, mais il n'y a personne [pour s'occuper de votre enfant]. »

Des centaines à Montréal

La manifestation était encore plus imposante à Montréal. Là aussi, les éducatrices se sont arrêtées devant les bureaux du ministère de la Famille pour faire entendre leurs revendications.

Des éducatrices en CPE manifestent en brandissant des pancartes.

Les éducatrices étaient également plusieurs centaines à manifester dans la métropole.

Photo : Radio-Canada

Malgré les qualifications, malgré la diplomation, on ne se sent pas reconnue. On ne se sent pas soutenue.

Une citation de :Une éducatrice en grève

La FSSS-CSN représente près de 11 000 membres qui travaillent dans les CPE, mais moins de 50 % des CPE sont syndiqués. La CSQ a elle aussi opté pour un mandat de grève de six jours. Aucune date n'a encore été annoncée.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !