•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Réduire les accidents ferroviaires à Wemotaci

Des élèves sont assis au premier plan et écoutent une discussion animée par deux policières dans une école.

Les corps policiers de Wemotaci et du Canadien National donnent un atelier de sensibilisation à la sécurité ferroviaire à des élèves de Wemotaci.

Photo : Radio-Canada / Josée Ducharme

Radio-Canada

De jeunes Atikamekw du primaire et du secondaire ont été sensibilisés à la sécurité ferroviaire, mercredi et jeudi, par la police de Wemotaci. Le corps policier souhaite en faire des ambassadeurs, car il note une hausse des intrusions sur les voies ferrées.

« Le chemin de fer est omniprésent auprès des gens de la communauté, autant ici à Wemotaci qu'au chalet, dans leur territoire de chasse. Donc, je trouvais important de faire de la sensibilisation », explique la policière de Wemotaci, Véronique Leroux-Forget.

Une voie ferrée longe des bâtiments à Wemotaci.

La réserve atikamekw de Wemotaci est bordée par un chemin de fer.

Photo : Radio-Canada / Josée Ducharme

Mme Leroux-Forget, qui a travaillé pendant plusieurs années pour le Canadien National, a invité le service de police ferroviaire à participer à cette opération conjointe. Les agents ont informé les jeunes des risques associés aux intrusions sur les voies ferrées.

« C'est dangereux là-bas, pour tout le monde de la communauté », a reconnu la jeune Baina Bassine, qui a suivi l’atelier de sensibilisation.

Éviter d’autres drames

L’opération visait à prévenir des accidents tels que celui survenu en 2018, où un garçon de huit ans est mort happé par un train.

Le jeune Étienne Biroté Ambroise jouait sur les rails d’un pont ferroviaire, lorsqu'un train de passagers est arrivé. Il n'a pas pu rejoindre la passerelle piétonne à temps.

Le père du garçon, Canuel Biroté salue l’opération de sensibilisation policière, car les jeunes de la communauté s’aventurent toujours là où son fils a perdu la vie. « Les jeunes oublient vite. Il y a des jeunes qui jouent là-bas encore… C'est vraiment épeurant. »

Une voie ferrée traverse un paysage forestier et un pont ferroviaire à Wemotaci.

Les jeunes Atikamekw s'aventurent régulièrement sur la voie ferrée.

Photo : Radio-Canada / Josée Ducharme

M. Biroté souhaiterait que ces activités de sensibilisation aient lieu plus régulièrement et qu’elles s’adressent également aux parents.

Qu'ils viennent plus souvent, une ou deux fois par année peut-être. Les jeunes vont mieux comprendre. Il vont peut-être mieux se souvenir aussi.

Une citation de :Canuel Biroté

Selon les données du Bureau de la sécurité des transports du Canada, plus de la moitié des accidents mortels sont liés à la présence d'intrus sur les rails.

Avec les informations de Pascale Langlois

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !