•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Incendie à Beauceville : son frère est mort en « héros »

Suzy Roy est assise sur un sofa. Elle tient dans ses mains un portrait de son frère Martin.

Suzy Roy croit que le bilan de l’incendie aurait été encore plus lourd sans l’intervention de son frère, Martin, l’une des trois victimes de la tragédie.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Lavoie

La sœur de Martin Roy, l’un des trois travailleurs décédés dans l’incendie qui a ravagé un séchoir à bois de Beauceville lundi, est persuadée que son frère a sauvé des vies en poursuivant l’évacuation du bâtiment en flammes, malgré le danger. Elle espère que les propriétaires de l’entreprise tireront des leçons de ce tragique événement afin que son frère et ses deux collègues ne soient pas morts pour rien.

Quand ils ont vu qu’il y avait un début de feu [mon frère et ses collègues premiers répondants] ont dit aux autres [travailleurs] de quitter la bâtisse au plus vite. Ils ont fait évacuer le personnel. D’après moi, s’ils n’avaient pas ce qu’ils ont fait [...] il y aurait probablement eu plus de victimes [...] Ce sont trois héros, confie Suzy Roy en entrevue à Radio-Canada.

Selon les témoignages qu’elle a recueillis au cours des derniers jours, Martin Roy aurait empêché des collègues désireux de prêter main-forte, mais n’ayant pas la formation pour intervenir lors de telles situations, de retourner à l’intérieur du bâtiment.

Des véhicules d'urgence devant un immeuble industriel en feu.

Martin Roy a succombé aux blessures qu'il a subies lors de l'incendie survenu lundi à l'usine Séchoirs de Beauce (archives).

Photo : Radio-Canada / Raymond Routhier

Suzy croit que les deux autres victimes faisaient également partie des premiers répondants et ont réagi de la même manière.

Sa conjointe m'a dit que Martin avait reviré des gens qui voulaient entrer pour [...] aider à sortir le monde et éteindre le feu. Mon frère a dit à [une] personne de crisser son camp… d'évacuer la bâtisse. Qu’eux étaient là pour ça, raconte-t-elle.

Il a fait son travail jusqu’à la fin

Suzy Roy reconnaît bien là le tempérament de son frère, un homme dévoué à la tâche, toujours prêt à aider tout le monde.

Ça m'a rendue fière de mon frère oui… mais je n'ai plus mon frère par contre. J'aurais aimé mieux, probablement, qu'il sorte, mais il a fait son travail jusqu'à la fin. Ça, c'est de famille.

Une citation de :Suzy Roy, sœur de Martin Roy
Montage photo des trois victimes.

L'incendie a coûté la vie à Mario Morin, 57 ans, Jean Lachance, 51 ans, et Martin Roy, 50 ans.

Photo : Facebook

Des témoins de l’incendie survenu lundi rapportent que Martin et les autres premiers répondants qui sont intervenus pour tenter de l’éteindre ne portaient pas les vêtements de protection adéquats.

Mon frère était habillé ordinaire [et à la fin] il n’avait plus rien. Tout son linge était brûlé sur lui, indique Suzy.

Malgré tout, elle refuse d’en vouloir à l’employeur de son frère, le groupe Matra. Elle espère toutefois que l’entreprise mettra en place les recommandations qui seront formulées au terme des enquêtes menées par le Bureau du coroner et la CNESST.

Ce que je voudrais, c'est qu'il y ait du positif qui sorte de ça. Il faut prendre action pour la mémoire des hommes qui sont décédés, dont mon frère, insiste Suzy Roy.

L'homme souriant vêtu d’une casquette de chasse se tient debout derrière un véhicule à l’intérieur duquel repose une carcasse de chevreuil.

Martin Roy était un amateur de chasse.

Photo : Gracieuseté

Si les messages de sympathie et les témoignages relatant le courage de son frère aident à mettre un baume minuscule sur sa douleur, Suzy peine à encaisser le choc, elle qui a perdu sa mère il y a quelques mois à peine.

Un bon vivant

Ma mère était malade tandis que mon frère était en parfaite santé. C’était un bon vivant puis il aimait le bois. Quand il avait fini de travailler, il [partait] dans le bois pour aller bûcher, confie-t-elle.

Martin Roy était également un passionné de chasse. L’homme de 50 ans s’apprêtait justement à partir en vacances pour s’adonner à son activité préférée en compagnie de sa conjointe.

Martin Roy et une femme, accompagnés d’un chien, se tiennent à côté d’un tronc d’arbre qui vient d’être scié dans une forêt, en hiver.

Martin Roy (à gauche) passait la plupart de ses temps libres dans le bois.

Photo : Gracieuseté

La famille a l’intention, au cours des prochains jours, d’aller se recueillir dans un secteur boisé que le disparu affectionnait particulièrement, une façon de lui faire un dernier au revoir tout en lui rendant hommage.

En plus de sa sœur, Martin Roy laisse dans le deuil Zachary, son fils de 20 ans, et Chantal, sa conjointe des 9 dernières années.

Avec les informations de Marc-Antoine Lavoie

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !