•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les conservateurs ne s’entendent pas sur le sort à réserver à Erin O’Toole

Erin O'Toole tient la plateforme électorale du Parti conservateur dans sa main.

Lors de la campagne électorale, Erin O'Toole a exhorté les Canadiens à ne pas « récompenser » Justin Trudeau pour ses années au pouvoir. Le pays, a-t-il dit, a « désespérément » besoin de changement.

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

La Presse canadienne

Le député conservateur albertain Garnett Genuis, qui vient d’être réélu, considère que les membres de son parti devraient s'unir derrière le chef Erin O'Toole plutôt que de se demander s'il devrait rester en poste.

M. Genuis a utilisé les médias sociaux pour appeler les conservateurs à éviter une autre série de conflits internes après la campagne électorale infructueuse du parti.

Mais le débat est déjà lancé. Certains députés conservateurs se sont tournés vers les médias sociaux pour exprimer leur soutien à Erin O'Toole, tandis que d'autres ont été plus critiques à l'égard des performances électorales du parti.

Un membre du Conseil national du parti a pour sa part lancé une pétition pour réclamer un référendum sur le leadership d’Erin O’Toole avant le vote de confiance prévu pour 2023.

Town & Country News, un média albertain, a rapporté que le député réélu Chris Warkentin a déclaré qu'il sentait que la campagne électorale avait tourné en faveur des libéraux lorsqu'Erin O'Toole a commencé à tergiverser sur certaines politiques.

Quant au député de la Colombie-Britannique Mark Strahl, il a déclaré que le parti devait enquêter sur les raisons spécifiques pour lesquelles il a perdu. Il a recopié jeudi sur Twitter une partie d’un texte du National Post.

Un parti conservateur qui n'est pas conservateur est inutile, mais un parti conservateur qui ne peut pas former le gouvernement l'est aussi. Ce que les conservateurs doivent comprendre, c'est comment enfiler cette aiguille : non seulement comment gagner, mais comment gagner en tant que conservateurs, a publié Mark Strahl.

L'un des moments controversés d’Erin O'Toole pendant la campagne a été lorsqu'il a déclaré qu'il comptait maintenir l’interdiction actuelle sur les armes d’assaut, même si sa plateforme électorale spécifiait le contraire. Cela a amené son équipe à insérer une note de bas de page dans le document pour indiquer que l'interdiction resterait en place en attendant le résultat d'un examen de classification.

Erin O'Toole s'est engagé à rester chef. Il a cependant admis que le parti n'avait pas fait les gains dont il avait besoin pour vaincre les libéraux sortants dans la région métropolitaine de Vancouver, dans la région du Grand Toronto et au Québec.

Pour le moment, selon le comptage des votes, les conservateurs devraient terminer avec 119 sièges, soit deux de moins que lors des élections fédérales de 2019 sous la direction de l'ancien chef Andrew Scheer.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !