•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : des écoles passent à l’apprentissage en ligne à cause du nombre de cas

Un professeur offre un masque à un élève.

Le retour à l'école fait craindre une hausse importante des infections chez les jeunes. Les moins de 12 ans ne sont pas encore admissibles au vaccin contre la COVID-19.

Photo : Reuters / AMIR COHEN

Parmi les cas actifs d'infection au SRAS-CoV-2 en Alberta, qui sont plus de 20 000, 29 % concernent les moins de 19 ans. Certains conseils scolaires réclament donc que la province ramène des mesures supplémentaires dans les écoles.

L’Alberta précise que 143 enfants de moins de 1 an sont infectés, 815 de 1 à 4 ans, 1787 de 5 à 9 ans, et 3145 de 10 à 19 ans. Ensemble, ils comptent pour 5890 des 20 304 cas actifs d'infection de la province.

Une adolescente de 18 ans est d’ailleurs décédée de la COVID-19 dans la zone centrale, qui comprend Red Deer. Il s’agit de la plus jeune victime albertaine de la COVID-19 jusqu’à maintenant.

Fermetures d’écoles

Le conseil scolaire public d’Edmonton est au courant d’au moins 416 personnes infectées dans ses classes en date de mardi. Au conseil scolaire de Calgary, on comptait plus de 350 infections recensées dans 120 écoles en date de vendredi dernier.

La hausse du nombre de cas d'infections au SRAS-CoV-2 chez les plus jeunes se reflète dans toutes les écoles de la province qui signalent un grand nombre de cas principalement dans les écoles primaires. Le vaccin n'a pas encore été approuvé par Santé Canada pour les enfants de moins de 12 ans.

Par ailleurs, le conseil scolaire public d’Edmonton a informé les parents de l’école primaire Westglen School qu’ils passeront à l'apprentissage en ligne dès le vendredi 24 septembre. Depuis le 20 septembre, 29 personnes de l'école se sont auto-déclarées comme ayant la COVID-19, a dit Anna Batchelow, porte-parole du Conseil scolaire public d'Edmonton. Les cours en personne doivent reprendre le 8 octobre.

L’École secondaire West Central, à Rocky Mountain House, a aussi annoncé qu’elle donnera ses cours en ligne du 22 septembre au 5 octobre en raison du nombre d'infections, sans toutefois indiquer le nombre de cas.

Un enfant devant un ordinateur regarde son enseignant écrire des additions au tableau.

Certaines écoles passent à l'apprentissage à distance.

Photo : getty images/istockphoto / pinstock

Demandes de mesures renforcées

Les conseils scolaires publics d'Edmonton et de Calgary demandent tous les deux que le gouvernement remette en place l'isolement obligatoire pour les cas positifs de COVID-19 dans les écoles et rétablisse le traçage des cas contacts en classe.

Nous avons besoin que le gouvernement agisse maintenant, écrit la présidente du conseil d'administration du conseil scolaire, Trisha Estabrooks, dans une lettre aux ministres de la Santé et de l'Éducation envoyée au début de la semaine.

Nous vous implorons de faire preuve d'un leadership responsable en rétablissant immédiatement la recherche des contacts, la notification des contacts étroits et la mise en quarantaine obligatoire des contacts étroits dans les écoles.

Dans la même lettre, la présidente du conseil demande une réunion avec les ministres de la Santé et de l’Éducation.

Actuellement, nous n'avons pas une image précise du nombre de cas de la COVID-19 dans nos écoles.

Une citation de :Trisha Estabrooks, présidente, Conseil scolaire public d'Edmonton
Une jeune élève portant un masque à l'école.

Depuis le 15 septembre, le port du masque est obligatoire pour les élèves de la 4e à la 12e année et recommandé pour les plus jeunes.

Photo : Halfpoint/Shutterstock

Plus d'avis d'infections ou de traçage des contacts

La province a mis fin au traçage des cas contacts dans les écoles et cessé d'informer les écoles des cas positifs. Le masque, qui n'était pas obligatoire en classe jusqu'au 15 septembre, l’est de nouveau depuis l’annonce des nouvelles mesures de santé publique. Le masque est désormais obligatoire pour les élèves de 4e année et plus et recommandé pour les élèves plus jeunes.

De nombreux conseils scolaires font leur propre traçage pour tenir les parents informés, mais cette tâche alourdit le travail des équipes enseignantes, souligne Trisha Estabrooks, qui ajoute que les directions scolaires n'ont pas le pouvoir d'imposer l'isolement ou les moyens de bien suivre la propagation.

Nous ne pouvons pas laisser le soin aux parents de signaler si leur enfant est positif. Nous savons que certains parents ne signaleront pas leur enfant. Nous savons que certains parents ne feront pas tester l'enfant. Cela crée donc potentiellement des salles de classe où nous avons des cas de COVID non diagnostiqués, dit-elle.

La porte-parole de l'opposition néo-démocrate en matière d'éducation, Sarah Hoffman, a demandé mercredi à la province de publier toutes ses données sur le nombre de cas de la COVID-19 dans les écoles.

L’attachée de presse de la ministre de l'Éducation, Adriana LaGrange, Nicole Sparrow, déclare que la sécurité des élèves et des enseignants demeure la priorité absolue et que la province continue de suivre les conseils de la médecin-hygiéniste en chef de l'Alberta et apportera des modifications aux protocoles scolaires si nécessaire .

Avec les informations de Wallis Snowdon

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !