•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Ville de Senneterre présente son plan pour garder l’urgence ouverte

Le Centre de Santé de Senneterre.

Le Centre de Santé de Senneterre.

Photo : Radio-Canada / Mélanie Picard

Annie-Claude Luneau

Les élus de Senneterre ont présenté un plan de gestion de la main-d'œuvre au Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Abitibi-Témiscamingue (CISSS-AT).

On a été très proactifs, on a proposé au CISSS régional une formule d’horaire qui nous permettrait de diminuer de 8 % le temps supplémentaire, de 34,5 % le temps d’utilisation de la main-d'œuvre indépendante, a expliqué le maire Jean-Maurice Matte sur les ondes de RDI.

D'anciens gestionnaires ont bâti des horaires sous la forme de 2 journées de 12 heures et 3 journées de 8 heures pour les infirmières.

Le maire Jean-Maurice Matte espère que les solutions proposées permettront de garder ouverte l'urgence de Senneterre 24 heures sur 24, 7 jours sur 7.

Jean-Maurice Matte s'adresse aux manifestants.

Le maire de Senneterre, Jean-Maurice Matte a participé à la manifestation vendredi dernier. (archives)

Photo : Radio-Canada / Mélanie Picard

La présidente-directrice générale du CISSS-AT, Caroline Roy, précise qu'elle est consciente des préoccupations des citoyens, mais elle compte aller de l'avant avec la fermeture de l'urgence de 12 à 16 heures par jour.

Cette fermeture partielle permettra de déplacer la main-d'œuvre indépendante qui travaille à l’urgence de Senneterre dans d’autres centres de santé.

Caroline Roy espère cependant que cette fermeture partielle sera de courte durée.

C’est certain que c’est temporaire. Est-ce que ça sera de plus courte durée de par ces belles annonces? Si on a de nouvelles personnes qui intègrent le réseau, qui viennent travailler au sein de nos établissements, oui toutes les mesures qu’on a annoncées vont être d’une durée beaucoup plus limitée. Par contre, présentement, on est face au même enjeu, on n’a pas aujourd’hui plus de personnes, a-t-elle expliqué en point de presse jeudi.

Les policiers et les ambulanciers inquiets

Le Comité de la Sécurité publique de la MRC Vallée-de-l’Or se dit inquiet de la fermeture partielle de l’urgence de Senneterre.

Il a d’ailleurs adopté une résolution pour demander le maintien des services 24 heures sur 24, 7 jours sur 7.

C’est inconcevable que les premiers répondants qui se rendront à Val-d’Or pour apporter un patient doivent négliger le reste de la population pendant ce temps. Par exemple, un policier qui doit partir du poste de Senneterre pour se rendre à l’hôpital de Val-d’Or pour une personne dont l’état mental est ou semble perturbé, il y aura plus de deux heures de découverture en raison de l’aller-retour, a souligné Jacline Rouleau, présidente du Comité de la sécurité publique de la MRCVO, par voie de communiqué.

En point de presse jeudi après-midi, le ministre de la Santé Christian Dubé a expliqué qu’il préfère une réorganisation des services que des fermetures surprises en raison du manque de main-d'œuvre.

Je n’en veux plus de surprises jusqu’à ce qu’on mette en place ces solutions. C’est pour ça que je parle de réorganisation, je comprends que la personne de Senneterre n’est pas contente parce qu’elle dit j’avais accès à tel service avant et là, il faut que j’aille un peu plus loin, mais entre aller un peu plus loin et être bien servi par du personnel vacciné, du personnel dans un environnement sécuritaire, je dis qu’en attendant, c’est comme ça qu’il faut s’organiser, a-t-il dit.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !