•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

TikTok: quand la danse devient virale

Une femme danse en plein air.

Même avec 75 000 abonnés, Miae Kim veut continuer à danser pour le plaisir uniquement.

Photo : Simon Gohier

Simon Gohier

TikTok, une application multimédia qui peut être utilisée pour créer et partager de courtes vidéos, est en plein essor. Elle est disponible dans plus de 200 pays, et a atteint un milliard d'utilisateurs. TikTok a mené à la montée d'une nouvelle tendance, les dancetokers.

L'application a initialement été lancée sous le nom de Douyin en septembre 2016, en Chine. L'année suivante, l'application a été lancée par ByteDance pour les marchés en dehors de la Chine.

À peu près tous les contenus imaginables s’y retrouvent, des mises en scène humoristiques aux conseils beauté en passant par les astuces culinaires.

Le format court offert par la plateforme a par ailleurs été rapidement adopté par les amateurs de danse. En réutilisant des mouvements de danse ou encore des morceaux de musique devenus viraux, la plateforme promeut la montée en puissance des dancetokers, ces contributeurs qui se spécialisent dans l’expression du mouvement corporel.

Noam Gagnon, danseur et chorégraphe basé à Vancouver, se dit charmé par ce format qui permet l’exploration de nouvelles avenues créatives.

Noam Gagnon, souriant.

Même s'il ne contribue pas sur la plateforme, Noam Gagnon se dit gourmand des contenus qu'on y retrouve.

Photo : Simon Gohier

J’ai une métaphore pour TikTok. C’est comme une sorte de diamant brut. Il y a une force, le pouvoir de l’état cru de quelque chose qui a un potentiel incroyable.

Une citation de :Noam Gagnon, danseur et chorégraphe

Tandis que son domaine d’expertise demeure la scène traditionnelle, il consomme avec gourmandise les contenus offerts sur la plateforme.

Pour plusieurs contributeurs, TikTok représente une communauté distincte. Dans le cas de Miae Kim, la plateforme lui a permis d’établir un contact avec une foule de gens, une forme de consolation alors qu’il lui était impossible de visiter sa famille en Corée du Sud.

Son compte TikTok est suivi par presque 75 000 personnes, un nombre qu’elle n’aurait jamais pu prévoir lorsqu’elle s’est lancée dans l’aventure, il y a 5 mois à peine.

Une femme danse.

TikTok: quand la danse devient virale

Photo : Simon Gohier

Elle ne laisse pas cette nouvelle popularité lui monter à la tête, se rappelant que la raison première de son succès lui vient du plaisir qu’elle éprouve à chorégraphier et conceptualiser ses vidéos. Une joie qui perce l’écran dans chacune de ses vidéos et qui en inspire plusieurs.

Les commentaires soulignant son apparente joie de danser l'inspirent à continuer à créer et à collaborer parfois avec d’autres dancetokers.

Elle ne souhaite pas faire de cette percée un travail, quoique l’option semble être de plus en plus alléchante pour les contributeurs les plus populaires.

Miae Kim sourit.

Pour Miae, TikTok a été une façon de connecter avec les gens durant la pandémie.

Photo : Simon Gohier

Je veux faire ça pour moi, pour mon bien-être, me garder motivée et passionnée.

Une citation de :Miae Kim, danseuse

Depuis 2020, TikTok offre un programme permettant aux créateurs de contenu de toucher des revenus. Un effort qui souligne le désir de la plateforme d’atteindre et d’occuper une plus grande part de marché.

Cette visée est aussi traduite par la possibilité de téléverser des contenus de plus en plus longs. Depuis juillet, la plateforme permet aux créateurs de publier des vidéos allant jusqu’à trois minutes. Une tendance qui commence à grappiller dans la base d’utilisateurs de YouTube, le géant de l’hébergement vidéo.

Si sa montée se maintient, TikTok, présentement la septième plateforme numérique la plus populaire, pourrait devenir un sérieux compétiteur à la filiale de Google.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.