•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’art environnemental pour combattre la pollution sous-marine

Deux plongeurs et une bénévole avec un panier d'épicerie remonté à la surface.

Des déchets marins totalisant 618 kg ont été repêchés dans les eaux près du quai Lonsdale, à North Vancouver.

Photo : Diving In : The Art of Cleaning Lakes and Oceans

Justine Beaulieu Poudrier

Un partenariat entre un groupe de plongeurs et sept conseils des arts de la Colombie-Britannique permettra de transformer les déchets sous-marins en œuvre d’art et de créer une exposition itinérante qui visitera plusieurs municipalités, entre North Vancouver et Pemberton.

L’organisation Divers for Cleaner Lakes and Oceans (DCLO) n’en est pas à sa première mission de nettoyage. Depuis 2013, ce groupe de plongeurs bénévoles s'affaire à nettoyer les océans et les lacs de la région de Vancouver.

Dans les huit dernières années, les objets les plus bizarres qu’on a trouvés, c’est un bassin hygiénique, une bouteille avec un serpent dedans, des bicyclettes... , raconte Alexandre Harvey, un des plongeurs de l’organisation. Mais ce qu’on trouve le plus souvent, ce sont des canettes, des briquets et des lunettes, poursuit-il.

Un plongeur sous-marin tient une chaise à la surface de l'eau.

Les plongeurs de Divers for Cleaner Lakes and Oceans font face au danger pour retirer des débris des eaux de Vancouver et ses environs.

Photo : Diving In : The Art of Cleaning Lakes and Oceans

Cette année, en plus des objets habituels, ce sont 34 chaises, 10 pneus, 3 paniers d’épicerie et 1 piège à crabe qui ont été extirpés des eaux du quai Lonsdale à North Vancouver, totalisant 618 kg. Ces objets inusités seront remis aux artistes participants au projet Diving in : The art of cleaning lakes and ocean (Nouvelle fenêtre) lors d'un événement qui se tiendra le 13 novembre prochain.

​​C’est certain qu’autant de chaises, c’est surprenant!, admet Alexandre Harvey, avant de préciser qu’en termes de poids, ce n’est malheureusement pas une trouvaille qui sort de l’ordinaire pour un plan d’eau urbain.

L’éducation au coeur de la solution 

Les efforts de prévention des déchets sous-marins déployés par le groupe de plongeurs et d’autres groupes environnementaux au cours des années ont donné des résultats intéressants, selon Alexandre Harvey. La plupart des déchets qu’on retrouve, c'est vraiment plus des déchets qui sont là depuis 10, 20, 30, 40 années. Il y a un côté triste, mais le côté positif [...] c’est que les gens sont beaucoup plus respectueux de l’environnement et on le voit.

Un plongeur marche sur une passerelle et tient deux chaises dans ses mains.

Les plongeurs tentent de retirer les déchets afin d'éviter que les micro plastiques ou d'autres substances toxiques se propagent dans l'eau.

Photo : Diving In : The Art of Cleaning Lakes and Oceans

Selon Amy Liebenberg, qui est à la fois plongeuse avec le groupe DCLO, directrice du Squamish Arts Council et coordonnatrice de la campagne d'art environnemental, il resterait encore beaucoup de chemin à faire en termes d’éducation: Quand les gens viennent visiter les lacs de la région Sea to Sky, ils jettent beaucoup de déchets à l’eau, explique-t-elle. Dans le cas de certains objets, comme les téléphones cellulaires et les lunettes de soleil, c’est accidentel, mais pour les cannes et les bouteilles… . Elle déplore le fait qu’à chaque année, aux mêmes endroits, les plongeurs retrouvent des quantités de déchets similaires aux années précédentes. 

Lorsque les objets sont sous l’eau, les gens ont tendance à oublier le problème, explique Amy Liebenberg, qui souhaite maintenant sensibiliser la population en rendant ces déchets visibles.

Plusieurs chaises empilées.

34 chaises ont été retrouvées dans les eaux près du quai Lonsdale à North Vancouver.

Photo : Diving In : The Art of Cleaning Lakes and Oceans

Amy Liebenberg espère que les œuvres d’art réalisées à partir des déchets repêchés par les plongeurs serviront à témoigner de la fragilité de la vie sous-marine, de l’importance de nos écosystèmes et du problème de pollution des eaux. Quand on entend des statistiques et des données, on peut se sentir dépassé. On veut tenter d’approcher le problème sous un autre angle et créer plus de dialogue. On espère que ça générera des solutions.

Entre-temps, le public est invité à participer aux efforts de nettoyage du groupe de plongeurs en les soutenant financièrement ou en personne : On a toujours besoin d’aide à la surface lorsqu’on plonge, lance Alexandre Harvey. 

La prochaine mission de nettoyage se déroulera du 27 au 29 septembre prochain au lac Cultus.

L'exposition d'art environnemental, elle sera quant à elle présentée dans les communautés suivantes en 2022 : North Vancouver, West Vancouver, Bowen Island, Lions Bay, Squamish, Whistler et Pemberton.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !