•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une infirmière réaffectée aux soins intensifs déplore le manque de formation

Une infirmière portant de l'équipement de protection se penche au-dessus du lit d'un patient.

Nathalie Camarta a été avertie deux semaines à l'avance qu'elle serait réaffectée aux soins intensifs. Elle estime ne pas avoir eu la formation nécessaire.

Photo : Associated Press / Jefferson Bernardes

Lounan Charpentier

Une infirmière de l'Hôpital Grey Nuns d'Edmonton déplore le manque de formation qu’elle a reçue avant d’être réaffectée aux soins intensifs pour prêter main-forte à ses collègues à un moment où le système de soins de santé de l’Alberta est poussé à ses limites.

Après 12 ans à travailler auprès de patients en chirurgie, Nathalie Camarta a été avertie par sa directrice. deux semaines à l’avance, qu’elle serait réaffectée aux soins intensifs.

Ça m’a prise par surprise, surtout que je n’ai pas d’expérience dans cet environnement. J’étais très surprise de ça, surtout qu'au début, je ne savais pas quelles étaient les attentes, lance-t-elle.

Pour elle, travailler dans un milieu complètement différent de ce qu’elle a connu nécessite un grand ajustement.

Formation pas suffisante

Selon Nathalie Camarta, les compétences nécessaires pour répondre aux besoins des patients aux soins intensifs ne peuvent pas être acquises en seulement quelques semaines.

La formation [que j'ai reçue] n’est pas suffisante du tout pour les soins intensifs, estime-t-elle.

Elle explique que les infirmières de l'unité des soins intensifs suivent des formations pendant des mois, alors qu'elle n'a reçu qu'une formation d'environ trois heures.

[La formatrice] nous a donné un livret et un PowerPoint à regarder, c’est presque tout, dit-elle. Ils nous ont dit : "Allez-y, faites ce que vous pouvez faire, comme des tâches simples."

Certaines tâches, celles qui requièrent des moniteurs cardiaques ou des ventilateurs, par exemple, nécessitent des compétences que les infirmières qui ont été transférées n’ont pas, ajoute Nathalie Camarta.

On fait ce qu'on peut faire pour que les autres infirmières puissent faire les tâches plus intenses, souligne-t-elle.

Conséquences sur la qualité des soins

Selon Mme Camarta, la situation est risquée pour les patients.

Elle explique que, en temps normal, les infirmières voient un seul patient à la fois. En ce moment, elles peuvent avoir jusqu'à trois patients sous leur garde en même temps. Alors le temps est séparé entre plusieurs personnes, souligne-t-elle.

Lorsqu’elle désire apporter son soutien, il lui est parfois difficile de le faire parce qu’elle n’a pas les compétences requises, dit-elle.

Dans mon département de chirurgie, je sais quoi faire, alors si quelque chose arrive, je peux arriver et agir de façon compétente. Mais là, je dois, en premier lieu, chercher quelqu’un qui peut m’aider. Ça prend donc du temps. Ce n’est pas l’idéal, confie-t-elle.

Selon l’infirmière, les services de soins de santé font les frais de la levée des restrictions sanitaires par la province cet été. Elle estime qu'il faudra encore quelques semaines pour qu'il y ait une amélioration.

Climat de travail

C’est difficile, c'est effrayant, déplore Nathalie Camarta au sujet de l’atmosphère de travail aux soins intensifs. Elle ajoute que les infirmières qui y travaillent depuis le début de la pandémie sont épuisées, fatiguées, frustrées.

[Elles] ne savent pas quand ça va se terminer, chaque jour il y a de nouveaux patients, ajoute-t-elle.

On est toutes ensemble, on fait ce qu'on peut pour s’aider les unes les autres, mais on coule.

Une citation de :Nathalie Camarta, infirmière

Par ailleurs, l'horaire de Nathalie Camarta a complètement changé, ce qui rend sa situation familiale plus complexe. Elle précise que ses enfants ne sont pas encore vaccinés parce qu’ils sont trop jeunes.

Je suis en contact direct avec des gens très malades chaque jour, raconte-t-elle. Alors j’ai peur, je ne veux pas ramener [le virus] à la maison. C’est effrayant.

Services de Santé Alberta (AHS) n'a pas encore répondu aux demandes de commentaires de Radio-Canada.

Avec les informations de l'émission le Café Show

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !