•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Arrestation d’un couple de Trois-Rivières pour des méfaits à Sainte-Angèle-de-Mérici

Marie-Jeanne Côté, escortée par un policier, se cache le visage avec les mains.

Marie-Jeanne Côté avait déjà comparu pour une affaire semblable en 2018 à Trois-Rivières. (Archives)

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Un couple qui habite maintenant Trois-Rivières a été arrêté relativement à un dossier de séquestration, d’extorsion, de menaces et de négligence criminelle pour des événements qui se seraient produits entre 2013 et 2014 à Sainte-Angèle-de-Mérici.

Âgés respectivement de 57 et de 58 ans, Marie-Jeanne Côté et Guy Boileau ont été arrêtés mercredi par la Sûreté du Québec (SQ) à leur domicile de la rue Laurier à Trois-Rivières.

Les événements allégués se seraient produits à l’époque où le couple habitait sur le chemin de la Rivière-Mitis, à Sainte-Angèle-de-Mérici, entre 2013 et 2014.

Selon la SQ, ils auraient commis ces méfaits envers une personne adulte et vulnérable.

En 2018, ils ont comparu à Trois-Rivières, soupçonnés d'avoir régulièrement séquestré pendant quatre ans un couple dans la soixantaine dans le sous-sol de sa résidence.

Guy Boileau, béquilles sous les bras, débarque d'une voiture de police.

Guy Boileau à Trois-Rivières en 2018

Photo : Radio-Canada

En ce qui a trait à l'arrestation de mercredi pour les allégations relativement aux gestes qu'ils auraient commis à Sainte-Angèle-de-Mérici, Marie-Jeanne Côté et Guy Beaulieu ont comparu par visioconférence, au palais de justice de Rimouski. Ils demeurent détenus pour la suite des procédures qui aura lieu au palais de justice de Mont-Joli le 24 septembre.

Dans ce dossier, la Division des enquêtes sur les crimes majeurs de la SQ a collaboré avec le Service de police de Trois-Rivières.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.