•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Toujours aux prises avec la COVID-19, le Manitoba prévoit un déficit de 1,56 G$

Point de vue sur le Palais législatif.

La province veut rétablir l'équilibre budgétaire en 8 ans.

Photo : Radio-Canada

Le gouvernement du Manitoba a dévoilé jeudi ses projections budgétaires de premier trimestre qui montrent que la province se dirige vers un déficit de 1,56 milliard de dollars. Les pertes sont principalement attribuables à des dépenses liées à la pandémie de COVID-19.

En tenant compte des dépenses liées à la COVID-19 ces deux dernières années, le gouvernement montre sa capacité à gérer les finances dans une période turbulente, affirme le ministre des Finances, Scott Fielding, lors d’une conférence de presse.

Ce déficit anticipé est en diminution de 34 millions de dollars par rapport aux projections de la province dans son budget 2021-2022, où elle anticipait un déficit de 1,60 milliards de dollars.

L’amélioration est principalement attribuable à un demi-milliard de dollars obtenu d’Ottawa pour des dépenses liées à la pandémie, aux aides pour les agriculteurs touchés par la sécheresse et à l’entente pour les garderies à 10 $ par jour.

Cet argent doit contrebalancer des dépenses supplémentaires liées à la COVID-19 et des baisses de revenu liées à la sécheresse. Par exemple, Hydro-Manitoba s’attend à une baisse de revenu net de 188 millions de dollars, en raison d'une diminution des exportations d’électricité.

Le revenu de la Société manitobaine des alcools et des loteries devrait baisser d’environ 29 millions de dollars, vu que les casinos et les salles de loterie vidéo étaient fermés durant la troisième vague.

Taux de chômage à la baisse

Nous voyons des indications de croissance économique et un taux de chômage faible, mais bien trop de personnes sont encore sans emploi, affirme Scott Fielding.

Le taux provincial est de 5,7 %, alors que la moyenne canadienne est de 7,1 %. Le Manitoba a donc le taux de chômage le plus bas au pays, selon le rapport du premier trimestre.

Le marché du travail provincial est pratiquement retourné aux niveaux d’avant la pandémie, dit le ministre.

Le gouvernement projette aussi une croissance du PIB réel de 4,9 % en 2021, alors que le budget projetait une hausse de 4,1 %. Pour 2022, la province prévoit une croissance de 3,1 %.

La menace d’une quatrième vague

Le Manitoba continue d’avoir des taux de vaccination les plus élevés au pays et les plus élevés dans l’ouest du Canada. Cela, en plus de certains indicateurs économiques positifs comme la croissance de l’emploi, est une raison d’être optimiste pour une reprise progressive au cours de l’année qui vient et en 2022-2023, indiquent les fonctionnaires, dans le rapport.

Ils notent que les perspectives restent changeantes en raison de la quatrième vague et des variants préoccupants.

Le plus grand risque pour l’économie de la province reste l’impact de la COVID-19, notamment des variants, souligne Scott Fielding. Il ajoute que la province dispose de fonds de réserve adéquats dans l’éventualité d’une quatrième vague.

Une résurgence du virus aux États-Unis et ailleurs dans le monde pourrait nuire à la reprise économique du Manitoba, poursuit le ministre. De plus, des perturbations dans les chaînes d’approvisionnement et d’autres interruptions d’activité économique pourraient avoir un impact négatif dans la province.

L’opposition réagit

Le Nouveau Parti démocratique (NPD) se désole que les progressistes-conservateurs continuent de ne pas dépenser assez en santé, en éducation, en logement et de ne pas dépenser assez pour soutenir les entreprises, a déclaré le critique des finances du NPD, Mark Wasyliw.

Plutôt que d’appuyer les familles dans les municipalités rurales et dans le nord de la province, le gouvernement retient le financement de projets de revitalisation dont elles ont désespérément besoin, ajoute-t-il. 

Le chef du Parti libéral, Dougald Lamont dénonce de son côté un gouvernement qui « s’endette et prépare des chèques pour des corporations et des riches propriétaires qui n’auront rien à rembourser, contrairement au reste des Manitobains ».

Les progressistes-conservateurs, ajoute-t-il, n’ont pas fait un investissement qui rapporte à tous les Manitobains. C’est un pillage du trésor public.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !